AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Let's play! [Yu Jin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Shin Ryeo WonShin Ryeo Won
 

 
messages : 72
je suis ici depuis le : 08/07/2010
âge : 30
love status : Célibataire
animal de compagnie : Une petite chauve-souris. Hey non c'est pas Bat-Man mais Wyrd
mood : Blasée...Pour ne pas changer ;)
je me trouve ici : Bah ici!

Let's play! [Yu Jin] _
MessageSujet: Let's play! [Yu Jin]   Let's play! [Yu Jin] EmptySam 14 Aoû - 9:54

    Sois honnête...Admets le! Pourquoi te le cacher plus longtemps? Te mentir ne t'avanceras en rien et tu le sais. Abandonne cette idiote fierté qui t'anime tant et accepte ton erreur. Comment pourras tu la réparer si tu refuse de la voir? Qu'est-ce que cela te coûtera de révéler que tu es plus imparfaite que tu en à l'air? Rien! Ton orgueil en prendra seulement un léger coup! Une infime égratinure qui ne laissera aucune cicatrice. Alors avoue le! Avoue que tu t'es perdue. Que ton excès de joie mais aussi l'obscurité de la nuit t'ont embrouillés. Un mauvais sens de l'orientation? Le tien a toujours été irréprochable. Jusqu'à ce soir...Si ma folie revenait? Je recommençais seulement à me parler intérieurement. Oui, je me reprochais ma propre connerie comme si je n'étais qu'une vulgaire enfant. Je n'avais guère fait attention au chemin que j'empruntais pour me diriger en ville préférant taquiner l'avorton. Ma négligence était à présent punie. Pourtant je n'arrivais à me pardonner mais surtout admettre que je ne savais où nous étions. Je n'aimais avoir tord. Mais mon entêtement à fermer les yeux ne réglerait aucunement mon soucis. Demander de l'aide à celui que je considérais comme mon petit frère? Quelle honte! Je pouvais peut-être me montrer plus intelligente avec un parfait inconnu mais sans nul doute pas avec un être qui se moquerait de moi. Je savais pertinemment qu'à peine aurais-je révéler mon idiotie que ce mioche aurais surenchérit. Certes, notre relation se composait essentiellement de taquineries. Je ne me sentais pas pour autant de paraitre ridicule encore une fois. N'avais-je pas déjà du paraitre risible pour Yu Jin quelques minutes plus tôt dans la salle des miroirs? Je me devais de garder ce rôle de soeur infaillible sur laquelle il pouvait compter. Montrer une petite faille aussi infime soit t'elle aurait détruit cette image que je me donnais. D'accord...Ce n'était sûrement là que du beau baratin. Tous se ramenait à ma foutue fierté. Mais comment pouvais-je l'évincer alors qu'elle m'animait depuis plus de vingt deux ans? Faible? Je n'aime guère cette insulte! J'avais juste parfaitement apprit que je ne pouvais mettre de côté mes certains de mes défauts. Essayer? Savez vous que vous êtes agaçant? D'accord je voulais bien tenter à nouveau....

    "Noona s'est trompée. Elle a une meilleure idée. Tu auras ta glace une prochaine fois."

    Au fond, peut-être que je n'avais guère envie de changer ce trait de ma personnalité. Et je me moque éperdument de ce que vous pouvez bien pensez. J'avais à présent autre chose en tête. Quelle était cet amusement que je venais de promettre au gamin? Mon imagination était la meilleure des mes muses et aussi une autre partie de moi même. Oh elle ne m'avait pas quittée ce soir, loin de là. Bien trop active, de multiples solutions s'offraient à moi. Pourtant aucune ne me convenait. Sûrement étais-je trop difficile. Ou alors mes idées manquaient cruellement d'originalité. N'étais-je pas du vu et du revu? J'avais envie de changement. Que Yu Jin ne puisse me considérer comme une jeune femme lassante et sans surprise. Nous avions passez bien trop de temps à lire des livres tous deux ou à parcourir les rues de l'Atlantide tels deux flâneurs. Malgré tant de réflexion, une solution vint rapidement éclairer mon esprit. Et comment la refuser vue l'éclat presque divin qu'elle dégageait? Oui, je savais où aller. J'en aurais bénis mon sens de l'orientation médiocre. Ce que j'avais en tête? Vous ne tarderez guère à le savoir.
    Appréciant la douceur de la peau de mon camarade, je n'avais jusqu'alors aucunement lâché sa main. J'appréciais ce contact considérer sûrement comme insignifiant par nombre de personnes. Ainsi, je savais qu'il était près de moi, que je n'avais à se soucier de ce qu'il faisait. Sa présence me remplissait aussi d'un bonheur intense. Une soeur ressentait t'elle autant de joie lorsqu'elle voyait son cadet? Encore une question dont la réponse m'était inconnue. Je supposais que oui. Je n'avais après tout jamais été capable de ressentir autant de sympathie à l'égard d'un autre être humain. Un ami? Je n'en voulais aucuns et je considérais cet avorton comme l'un de mes seuls proches. Notre lien était sans nul doute des plus banals. Sûrement devrais-je alors arrêté de sans cesse me questionner sur celle-ci. Si elle me dérangeait? Non mais comme bien souvent dit, je n'étais habituée à tant d'affection envers autrui. Même trois ans n'avaient suffit à m'y acclimater. Je devrais sans nul doute me faire violence pour me changer ne serait t'il pas temps?


    "Nous nous arrêtons là mon enfant."

    Ce que je venais faire au cimetière? L'avenir vous le dira. Soyez patient. D'un geste brusque je m'étais stopper devant les immenses grilles manquant de me faire rentrer dedans. Nous allions nous amusez ce soir, j'en étais sûre. Une aventure nocturne parmi les morts pouvaient se révéler sympathique non? Effrayée? Je me moquais grandement des forces surnaturelles même si j'admettais leur existence. Ce n'était donc aucunement pour me faire peur que j'étais ici. Par contre l'effrois faisait bel et bien parti de mes plans. Mais ce ne serait pas le mien que je voulais. Plutôt celui de l'avorton. Je ne savais si il prendrait facilement peur mais j'avais en tête de nombreuses idées, mauvaises ou bonnes selon les avis, qui pourraient faire trembler Yu Jin. Gamine? Et alors? Je n'avais plus envie de me prendre la tête! Effaçant le léger sourire que j'avais jusqu'à maintenant, je repris mon visage de marbre avant de me tourner vers le jeune coréen.J'espérais juste qu'il accepterait de me suivre.

    "Jeune homme! Vous jouez les courageux avec des enfants. J'aimerais donc tester votre vaillance. Vous allez devoir traverser ce cimetière...trouvez des objets sacrés...parcourir des mausolées. et ce ne sont que les broutilles. Je souhaite vous laisser quelques surprises. Acceptez vous le défis? Êtes vous un homme ou seulement un morveux?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seo Yu JinSeo Yu Jin
i

i
messages : 97
je suis ici depuis le : 05/07/2010
love status : Célibataire et libre comme l'air ~
animal de compagnie : Yol un Caméléon
mood : Indifférent x)
je me trouve ici : Bonne question, ou suis-je ? x)

Let's play! [Yu Jin] _
MessageSujet: Re: Let's play! [Yu Jin]   Let's play! [Yu Jin] EmptyMar 24 Aoû - 3:26

    Il est si bon de suivre aveuglement une personne en qui on a confiance. Une personne qu’on pourrait écouter avec la plus grande attention sans penser qu’elle pourrait dire une once de mensonge. Cette pensée est plaisante, douce et délicate. Et je m’y laisse bercer. Parce que c’est elle qui me guide. C’est elle qui m’amène je ne sais où. Un endroit où nous pourrions prendre une glace. Un endroit où nous pourrions nous détendre, un endroit où nous pourrions nous sentir à l’aise. Car comme toujours, nos âmes solitaires se sont rencontrées au détour d’un endroit désert. Elles se sont si aisément complétées, si aisément comprises. Alors mes pas furent fluides et rapides, se calquant sur les siens. Je ne voulais pas la ralentir dans son élan, je ne voulais pas l’arrêter sur son chemin, je voulais juste la suivre. Je voulais voir ses cheveux flotter dans son dos. Je voulais voir ses petits pas avancer sur le sol rythmé par les battements de son cœur. Je voulais entendre sa voix se glisser dans les airs jusqu’à mes oreilles. Je voulais sentir son odeur se déposer sur son chemin. Comme si je suivais un chemin de briques jaunes, je suivais une fleur délicatement parfumé. Être captivant toutes mes pensées. Être désirée, image de toute beauté, charme incarné et âme déterminée. Je la suivrai les yeux fermés jusqu’au bout du monde. Mais je pense que je me voile les yeux, je me voile mes sentiments. Noona, sais-tu comment ta simple présence suffit à me rendre heureux ? Comment elle suffit à m’apaiser ? Je n’ai nul besoin d’autre maléfice, je n’ai besoin que d’une chose : sa douce présence. Doucement mes pas suivaient les siens, un sourire niais aux lèvres, léger mais distinct. Un sourire que seule elle pouvait voir. Parce que seule elle connaissait parfaitement les traits et expressions de mon visage.

    Noona s’est perdu mais je ne m’inquiète pas. Tous les chemins se rejoignent. Alors je ne m’affole pas. A quoi bon ? Tu as reprit un visage sûr de toi Noona. Alors je n’ai pas peur, alors je ne m’inquiète pas. Je te l’ai dit : je te suivrais aveuglement jusqu’au bout du monde. Alors qu’importe où tu me mènes je te suivrai. Pourtant… Pourtant l’endroit où nous arrivons ne m’inspire guère confiance. Et mon doux sourire se désintègre de mes lèvres. Et mon doux sourire disparait de mon visage. Et mon doux sourire fuit l’instant présent. Parce que le cimetière est l’endroit où mes pas n’auraient jamais rencontré les tiens. Parce que le cimetière est l’endroit où je ne serai jamais allé. Si j’avais su, j’aurai détourné mon chemin, je t’aurai tiré par la main, prétextant connaitre un meilleur endroit pour nous passer le temps. Mais je n’avais pas su, tu ne me l’avais pas dit. Et stupidement mon cœur s’affolait. Et rapidement il dérapait. Je n’aimais pas ce genre d’endroit, remplis de souffrance, de douleur et de peine. Jamais je n’ai vu une personne heureuse ici. Alors il est dur pour moi de m’imaginer passer un bon moment dans cet endroit.

    « Noona… »

    Peut-être a-t-elle entendu ma voix tremblante, peut-être a-t-elle entendu mon malaise, je l’ignore, mais l’atmosphère des lieux ne m’inspirait guère. Je voulais juste prendre les jambes à mon cou et fuir. Je n’avais pas honte de fuir, je n’ai jamais eu honte. N’ai-je pas donné mon âme pour ne pas être par une once de remord si je devais fuir ? Pourtant devant toi je ne voulais plus. Je voulais juste être un peu plus fort, un peu plus courageux. Je ne voulais plus fuir devant la fatalité. Pourtant mon être n’arrivait pas à se calmer. Je ne me sentais pas bien, vraiment, je n’aimais pas ce genre d’endroit. Nous ne sommes pas éternels et l’idée de savoir que dans quelques décennies je me retrouvais moi aussi dans une tombe similaire… Cela ne me rassurez guère. La seule chose qui pouvait me rassurer était le faite que je retrouverais des personnes qui me chères. Que je parte maintenant ou dans un siècle. Et pourtant, l’idée de me retrouver loin de toi ne me plaisait guère. Devenir un fantôme pour rester à tes côtés ? Quel drôle d’idée… Quand on a fait son temps, on l’a fait. Alors pourquoi persister à rester sur terre. Je ne connais personnes l’ayant fait dans mon entourage. La situation serait cocasse. Quoi qu’il en soit, le fait que Noona suppose l’idée de jouer ici… Non cela m’inquiète plus qu’autre chose. Mes doigts se triturent dans les paumes de ma main. Mes pieds ne bougent pas d’un centimètre. Ma bouche a perdu tout sourire.

    « Trouver des objets ? Parcourir des mausolées ? Des surprises ? » Et mes pieds se mirent à bouger, juste pour reculer de quelques centimètres. Mon cœur, mon esprit me suppliant de partir. Mais au final je ne voulais pas avoir honte, je ne voulais pas te faire honte ou pitié. Alors je me mis à bombé le torse, me tenir droit et fier. Mes pas avancèrent jusqu’à toi et je pris mon courage à deux mains pour afficher ce sourire amusé. « Je relève le défis jeune maître ! Que l’on me préserve du danger car je n’ai pas peur de mourir ! » Dis-je en courant vers elle les mains en l’air tel un fantôme. Puis mes mains s’abattirent sur ses cotes pour lui faire chatouille.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shin Ryeo WonShin Ryeo Won
 

 
messages : 72
je suis ici depuis le : 08/07/2010
âge : 30
love status : Célibataire
animal de compagnie : Une petite chauve-souris. Hey non c'est pas Bat-Man mais Wyrd
mood : Blasée...Pour ne pas changer ;)
je me trouve ici : Bah ici!

Let's play! [Yu Jin] _
MessageSujet: Re: Let's play! [Yu Jin]   Let's play! [Yu Jin] EmptySam 18 Sep - 14:22

    Noona...Ce murmure si fragile qu'il venait de lancer...Cette brève parole aussi frêle qu'une feuille lors d'un jour de grand vent...Oui je l'avais entendu. J'avais parfaitement perçu toute sa fragilité. La peur qu'elle dégageait m'avait tous aussi alarmée. Elle m'avait perturbée. Pourtant mon visage de marbre le cachait et je m'efforçais à le rendre bien plus inexpressif qu'il ne pouvait déjà l'être. Cruelle? Etais-je un monstre en tentant de fermer les yeux face au mal être de ce petit? Petit...Un mot qui ne lui allait guère. Il était un homme et je le savais mais toutes les craintes qui le hantaient me le faisait percevoir comme un simple enfant. Il ne pouvait se rassurer lui même, raisonner logiquement pour laisser partir ses crainte. J'avais sans cesse ce sentiment que je me devais de lui porter secours. Que ma simple présence et que quelques mots suffisaient à le réconforter comme pouvait le faire un adulte lorsqu'il se contentait tous simplement de tenir la main d'un gamin. Peut-être me voyiez comme prétentieuse et je ne pourrais vous contredire. Je ne pouvais effacer des années de démons qui meurtrissaient son âme. Si la crainte que j'avais entendu venait t'elle de ce passée? Je l'ignorais. Les fantômes...les cimetières...Jamais nous n'avions eu à venir à parler de ces sujets. Et je le pensais d'ailleurs assez raisonnable pour ne pas trembler pour si peu. Mais m'étais-je trompée? Cet avorton avait t'il, comme un vulgaire enfant, peur des entités venus d'outre-tombe? Peut-être était t'il plus immature que je ne l'aurais jusqu'alors songé? Ou alors fuyait tous ce qui s'allait à la mort? De peur des souvenirs douloureux...Je ne pouvais le lui demander. Qu'aurais-je gagner à le mettre bien plus mal à l'aise qu'il ne l'était déjà? La suite des évènements le feraient d'elle même. Non je n'étais pas ce monstre infâme auquel vous semblez aimez m'associer. Certes, je n'aimais guère revenir sur mes idées mais ce n'était pas mon entêtement qui m'empêchait de repartir en arrière. Je souhaitais partager un peu de mon univers avec Yu Jin. Il ne nous restait guère d'années à être encore tel un frère et une soeur. Alors moi...Moi cette jeune femme imbus et renfermée qui n'avait jusqu'alors jamais parlé d'elle, préférant écouter son camarade et rester secrète voulait légèrement se dévoiler. Et aussi étrangement que cela pouvait paraitre, les nécropoles en faisaient parties. Depuis fillette, elles étaient pour moi havre de paix et je m'y ressourçais régulièrement. Outre l'envie de me laisser légèrement découvrir, j'espérais que peut-être Yu Jin y trouverait ici aussi un lieu paisible. Personne ne venait déranger, morts ou vivants. Ce n'était pas un paradis, seulement une planque. Une cachette tellement plus discrète qu'un cachot...Mais avant de réussir à en faire une place tranquille pour ce mioche, il fallait que je puisse calmer ces angoisses vis à vis du cimetière. Et si j'échouais? Tant pis! Je pouvais parfois accepter l'échec.

    Cet air courageux que vint prendre le sorcier m'obligea à sourire. Quel orgueil! Il fanfaronnait encore alors qu'il avait émis ses craintes? S'il pensait avoir pu les dissimuler il se mettait clairement le doigt dans l'oeil! Pourtant je ne le fis pas remarquer préférant cette attitude. Après tous je n'aurais guère aimer qu'il s'enfuit en courant. Par pur amusement, je le laissais venir me chatouiller. Je n'aimais guère que l'on me touche mais j'avais oublié ce point bien des années auparavant avec lui. Oui, je le laissais me prendre dans ses bras, poser sa main sur mon épaule ou venir tenter de me faire rire. Si j'en vins à m'esclaffer? Bien sûr que oui! Je n'étais pas aussi robot que je pouvais le laisser paraitre. Mes éclats de rires fusèrent un long moment, du moins jusqu'à ce que le jeune homme en eu assez de me taquiner ainsi. Après lui avoir lancé un regard faussement mauvais, je lui tournais le dos pour me diriger vers l'immense portail. Mais je revins rapidement sur mes pas pour me placer à nouveau devant Yu Jin. J'avais encore une chose à lui dire. Non! J'avais tellement à lui raconter. Enfin je me contenterais pour l'instant de ce qui me tracassait l'esprit à présent. Le reste pourrait se dire un autre jour. Du moins je l'espérais...

    "Tu ne crains rien avec Noona...Je sais que tu ne te sens guère rassuré à présent mais j'aimerais que tu te sentes en sécurité avec moi. J'en ai conscience. Je ne suis qu'une étrangère qui suis rentrée dans ton existence il y'a trois ans et qui en sortira d'ici peu. Mais pour le peu de temps qu'ils nous restent ensemble laisse moi endosser pleinement ce rôle de grande soeur que je me suis donnée. Pardonne moi de vouloir jouer à des jeux aussi stupides que pourrait le faire des membres d'une véritable fratrie."Je me tut quelques instants. Je devais être à nouveau pathétique. Et cet effet du s'accentuer lorsque je repris la main du garçon dans la mienne. "Je veux juste passer du temps avec toi pendant qu'il nous en reste. Noona souhaite juste être avec toi. Tous comme elle aimerait ouvrir son monde à ta personne car jusqu'alors elle n'a jamais rien voulu te dévoiler. Mais il ne doit pas y'avoir de secrets entre un frère et une soeur n'est-ce pas?" J'émis un petit rictus et détournai le regard. "Je dois te paraitre ridicule."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seo Yu JinSeo Yu Jin
i

i
messages : 97
je suis ici depuis le : 05/07/2010
love status : Célibataire et libre comme l'air ~
animal de compagnie : Yol un Caméléon
mood : Indifférent x)
je me trouve ici : Bonne question, ou suis-je ? x)

Let's play! [Yu Jin] _
MessageSujet: Re: Let's play! [Yu Jin]   Let's play! [Yu Jin] EmptyMar 21 Sep - 0:11

    Un souffle un râle sortant de mes entrailles allant s’échouer sur les ondes de ta voix. Tu avais raison, je ne te connaissais guère Noona. Je t’avais raconté ma vie superficiellement, des brides d’un passé trop acide qu’il brûlait ma langue à chaque révélation. Lors de crises trop insoutenables que je préférais me brûler la gorge que de mourir muet. Mais jamais tu n’avais prit ce risque devant moi. Peut-être voulais-tu privilégier nos bons moments et ne pas les rendre encore plus tristes. Ma tristesse prenait assez de place dans nos vies. Un fin sourire vint se distinguer sur mes lèvres tandis que mes yeux ne quittaient pas les tiens. Non je ne crains rien avec toi. Tu me protèges des noirceurs de ce cimetière et de celles de mon cœur. Tu es là, je te vois, toi et tes doux yeux pétillants. J’entends ta voix, je sens ton odeur : je n’ai besoin de rien de plus. Tu es celle qui me donne du courage alors que je ne fais que choisir la fuite. Tu es celle qui me permet de faire des miracles. Une étrangère ? Tu l’étais il y a trois ans. Tu étais cette aînée venant voir pourquoi ce premier année souffrait en silence dans le coin de ce couloir sombre. Tu lui as demandé ce qui n’allait pas. Il t’avait prit dans ses bras. « Ils sont partit. » Je ne t’ai jamais dit qui et je ne t’ai jamais dit pourquoi. Tu ne m’avais rien demandé mais j’avais ressentit le besoin de te dire que c’étaient mes amis les plus proches. Je ne t’ai jamais dit quelle idée saugrenue nous est passé par l’esprit il y a de cela quatre ans. Mais jamais tu ne m’avais dit ce qui te faisait souffrir toi. Tu ne m’avais jamais dit la raison de ce visage fermé. Noona, sais-tu combien tu peux être magnifique lorsque tu daignes nous illuminer d’un sourire ? Noona, sais-tu comme tu deviens belle quand tu ris ? Sais-tu comment tu peux être irrésistible lorsque ton visage montre que tu es heureuse ? Alors pourquoi garder ce visage si neutre ? Parfois j’ai l’impression que le monde qui t’entour ne sera jamais à même de te faire sourire. Pourtant ce qui me déchira le cœur c'est de t’entendre dire que tu sortiras de ma vie. Comment peux-tu penser ainsi ? Noona, tu y es entrée avec tellement de délicatesse que mon cœur s’est trop attaché à toi. Si tu pars, que ferais-je sans toi ? Je sais… Je sais que ma fin d’étude ici ce fera sans toi… Trois ans sans toi, est-ce vraiment possible ? Mon cœur n’y croit guère.

    Et mes mains vinrent entourer ton visage, caresser doucement tes joues. Je voulais t’écouter et me taire. Je voulais entendre ce que jamais tu ne m’avais dit. Il ne devait pas y avoir de secret entre nous. Alors cette dernière année je te raconterai tout sur moi. Et tu me diras tout sur toi. Peut-être pas de suite, dans une même soirée, mais petit à petit nous nous connaitrons par cœur. Mais à dire vrai, je préfère connaitre la Noona du présent, son passé m’est égale, pourvu que je connaisse aussi bien son futur. Pourtant, je voulais savoir, je voulais avoir ce privilège, cet honneur. Je voulais que tu te confies à moi comme je l’avais fait. Ce n’est pas parce que tu es une Noona que tu dois rester fière et droite. Les Noona peuvent être triste, elles peuvent venir se confier. Je te sourie et doucement mes paupières vinrent faire l’ombre sur mes yeux. Mon visage se pencha sur le tient. Mes lèvres s’approchèrent des tiennes mais ne vinrent pas les toucher. Car au dernier instant, je me souvenais que tu étais ma Noona, mon aînée. Alors doucement je détournais légèrement le visage pour déposer un délicat baiser sur ta joue. Mon visage revint à sa place et mes mains se défirent de ton visage.

    « Tu ne sortiras jamais de ma vie. Tu ne deviendras jamais une inconnue à mes yeux. Tu seras ma Noona à jamais. » C’est ce que mon cœur me disait, il me disait que si je devais le vendre à quelqu’un, comme j’avais vendu mon âme au diable, je devais le confier à tes petites mains. Parce que tu es ma Noona… vraiment ? N’étais-tu pas plus ? A quoi je pense ? Plus ? Tu es ma Noona. « Je veux rire et pleurer avec toi. Je veux être ce petit frère qui s’est imposé à ta vie il y a trois ans. » Mon front se posa contre le tient et mes yeux restèrent clos. « Dis-moi ce dont tu as envie de me parler. Dis-moi pourquoi tu ne souries que si peu de fois. Dis-moi Noona ce que tu veux, je suis là. Je t’écoute. Et tu n’es pas ridicule : tu es forte. »

    Dis-moi Noona,je veux tout entendre, tout ce que tu accepteras de me dire je le prendre avec plaisir. Tout ce que tu oseras me dévoiler, je le garderais au plus profond de moi. Parce que tu es celle qui à su m’accepter comme je suis, celle qui m’a accepté dans mes moments de faiblesses. Je veux savoir tout ce que tu as le courage de me dire. Et doucement ma main vint trouver la tienne. Je t’aurai bien pris dans mes bras, mais il te fallait de l’air pour pouvoir me parler. Alors mes doigts caressèrent le dos de ta main. Je suis là, je t’écoute, toi petit femme remplis de courage, de fierté et d’élégance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shin Ryeo WonShin Ryeo Won
 

 
messages : 72
je suis ici depuis le : 08/07/2010
âge : 30
love status : Célibataire
animal de compagnie : Une petite chauve-souris. Hey non c'est pas Bat-Man mais Wyrd
mood : Blasée...Pour ne pas changer ;)
je me trouve ici : Bah ici!

Let's play! [Yu Jin] _
MessageSujet: Re: Let's play! [Yu Jin]   Let's play! [Yu Jin] EmptyMar 21 Sep - 9:53

    Connais toi toi-même...Socrate avait raison...Comment savoir qui l'on était? Jusqu'alors, j'avais été comme le commun des mortels, riant de cette sornette et refusant l'incroyable vérité qui se cachait derrière ce conseil. Mais ne me retrouvais-je pas telle une idiote maintenant que je ne pouvais que me remettre en question? J'étais si sûre de moi, ne doutant jamais. Alors pourquoi était-ce si différent quand le gamin était en ma présence? Je ne cessait de me remettre en question. Mes réactions n'étaient plus les mêmes. La statue de marbre que j'étais avait du mal à cacher ses émotions, d'ailleurs celles-ci si modérées se voyaient exacerbées. Je m'énervais tellement plus rapidement, je me sentais touchée facilement. Je pensais me moquer d'autrui mais je me souciais de l'avorton. Son mal être me touchait, sa joie me faisais sourire...Etais-je vraiment cet être infâme et sans coeur que je voulais et pensais être? On me décrivait ainsi et pas un jour je n'y avais douté. Sauf ce soir. Période de crise qui chamboulait mon existence? Je l'ignorais. J'avais seulement conscience que je ne me sentais plus moi même. L'image que je me donnais tentait à se dissoudre. Tous comme la certitude que j'avais de cette relation que j'entretenais avec le jeune Ineo. Oui, je me sentais entièrement perdue. Les liens que j'avais envers lui...Quels étaient leurs véritables natures? Une soeur s'attachait t'elle autant à son cadet? Voulait t'elle sans cesse savoir ce qu'il faisait? Craignait t'elle que les pires malchances lui arrive? Le prenait t'elle aussi souvent contre elle? Entrelaçait t'elle régulièrement ses doigts avec les siens? N'étais-ce pas incestueux? Non! Je délirais. L'inceste ne pouvait avoir lieu entre Yu Jin et moi. Nous n'avions aucuns liens de sang. Alors avais-je le droit de me proclamer comme sa soeur? Ne prenais-je pas une place qui ne m'étais pas accordée? Même si j'aimais celle-ci, n'étais-je pas déplacée? Qu'en pensais le gamin? Après tous, lui avais-je seulement demandé une seule fois si je pouvais me considérer comme son ainée? J'avais toujours eu l'impression que ce qui nous attachait l'un à l'autre était un sentiment fraternel. Je n'avais jamais voulu voir l'hypothèse d'une forte amitié. Je savais que ce qu'il y'avait entre nous était plus fort. Du moins ce que je ressentais pour lui. M'égarais-je? Ce que je haïssais ne pas savoir. Si autre chose se cachait? Possible. Mais quoi d'autre? N'avais-je pas déjà chercher toutes les explications?

    Perdue. Plus les secondes passaient et plus le doute m'envahissait. Tous comme cet ignoble malaise. Pourquoi s'évapora t'il lorsque le coréen posa ses mains sur mon visage? Je l'ignorais. N'aurais-je pas du être encore plus perturbée? Mais son contact me plaisait. Il me rassurait étrangement. J'étais avec lui, je ne devais me soucier de rien d'autre. Profiter de l'instant présent, voilà ce que je devais faire plutôt que de vouloir une réponse à une éternelle question. J'émis un léger sourire lorsqu'il vint fermer les yeux. Savait t'il à quel point il pouvait être adorable dans ces moments? Comme un enfant...Comme un jeune homme perturbé qui se trouvait avoir enfin un peu de tranquillité. Un calme intérieur qui l'illuminait entièrement ne le rendant que plus magnifique. Car je ne pouvais que l'admettre. Yu Jin était un sublime garçon. S'il le savait? Je n'en doutais pas un seul instant. Les demoiselles qui devaient lui courir après devaient enfler son incroyable fierté. En avait t'il une qui lui plaisait particulièrement? Une qui me l'enlèverait pour toujours? Une question que je ne m'étais alors jamais posé. Une demande qui vint nouer mon estomac. Non! Ne devais-je pas arrêter n'était-ce que pour quelques minutes de songer à l'avenir? J'effaçais ses pensées négatives. Le rapprochement des lèvres du jeune homme des miennes m'aidèrent aussi à passer à autres choses. Je ne su que faire, restant immobile. Yu Jin allait m'embrasser? Surprise? Oui. Pourtant je n'en étais nullement gênée et je n'en trouvais pas la raison. Du moins pour l'instant. Le soulagement mais aussi la déception se mêlèrent l'un à l'autre quand finalement je ressentis son contact sur ma joue. Soulagée? J'avais crains qu'un simple baiser puisse nuire à notre si bonne entente. Et si après il ne m'évitait par honte? Je n'aurais supporté de ne plus le voir. Et déçue...Peut-être cela serait stupide et déplacée mais j'avais voulu ce contact plutôt intime me surprenant moi même. J'aurais voulu une explication à telle envie mais encore une fois je faisais face à un mur. Ce gamin savait me rendre plus ignorante que n'importe qui.

    Tentant à nouveau d'oublier une ignorance, j'écoutais attentivement les paroles de ce gamin. Touchée par tant de tendresse et de gentillesse, mon coeur se mit à battre doucement. Alors j'en possédait un? Ou venait t'on de me le donner? La glace venait de fondre. Du moins pour Yu Jin. Mais comment aurait t'il pu en être le contraire? Il me rassurait, me montrait son attachement mais surtout l'importance que j'avais à ses yeux. Aurais-je du me sentir rassurée sur le lien qui m'attachait à lui? Sûrement mais rien ne vint. Si je savais à présent pourquoi je l'aimais tant, je continuais à me demander ce que je ressentais vraiment pour cet enfant. Un enfant...J'avais pourtant l'impression de le voir autrement cette nuit. Son attitude, sa stature mais surtout la maturité dont il faisait preuve ne le rendait que plus adulte. Et c'est ce qu'il était. Je ne pouvais me refuser de le voir maintenant. Il était un homme. Ce qui m'amenait à le voir autrement? Et si...Non! Cette idée me paraissait si saugrenue. La tester? Doucement je vins rapprocher mes lèvres des siennes pour les déposer. Et ce que j'avais crains se réalisa. Mon palpitant se fit sentir dangereusement dans ma poitrine et j'appréciais ce tendre contact. Je me retirais, aucune expression sur mon visage. Yu Jin croirait à une simple geste affectueux ou un jeu. Quand à moi? Je devais me leurer. Après tous, qui connais sais-je à ce drôle de sentiment qui plaisait à tant de personne et était leur raison de vivre? La fatigue devait tromper mes sens...


    "Alors on le commence ce jeu? Suis moi le mioche!"


    Je lui tirais la langue, expression que lui seul connaissais avant de lui tourner le dos. Sans difficulté, j'escaladais le mur de pierre. Inutile de penser au portail, il était des mieux fermés et la magie utilisée était bien plus puissante que la mienne. Si Yu Jin me suivait? Je n'en savais rien mais adossée à présent contre la paroi froide, j'essayais de distinguer le bruit de ses pas espérant qu'il ne s'éloignerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Seo Yu JinSeo Yu Jin
i

i
messages : 97
je suis ici depuis le : 05/07/2010
love status : Célibataire et libre comme l'air ~
animal de compagnie : Yol un Caméléon
mood : Indifférent x)
je me trouve ici : Bonne question, ou suis-je ? x)

Let's play! [Yu Jin] _
MessageSujet: Re: Let's play! [Yu Jin]   Let's play! [Yu Jin] EmptyMer 22 Sep - 9:20

    Je ne sais pas pourquoi, je ne crois pas avoir compris. La preuve je n’ai pas fermé les yeux. J’ai observé ton visage. Tes paupières. Je cherchais une faille, je voulais voir une faiblesse. Une chose que m’expliquerait la raison de ton geste. Une chose qui m’expliquerait pourquoi tu as fait ça. Pourtant, rien dans sur ton visage ne m’a donné un indice. J’étais résolu à chercher la raison par moi-même. N’avais-je pas assez de question sur moi-même qu’il fallait que je doute sur toi ? Je ne savais pas où j’en étais, depuis que j’avais voulu effleuré tes lèvres. Depuis que j’avais songé à gouter à ta peau. Depuis que j’avais désiré partager un peu de ma chaleur avec la tienne. Je ne savais plus si mon cœur te considérait réellement comme une simple Noona. Est-ce qu’un petit frère s’inquiète de savoir si sa grande sœur n’est pas avec un inconnu ? S’inquiète-t-il de savoir ce qu’elle peut faire avec lui ? Pense-t-il à elle quand il à l’esprit libre ? Pense-t-il à elle quand il se lève le matin ? Pense-t-il à elle lorsqu’il sent une odeur jasmin ? A-t-il envie de la voir lorsqu’il se sent seul ? A-t-il envi de la voir lorsqu’il se sent heureux ? A-t-il envie de la voir lorsque pendant une journée il n’a pu la voir ? A-t-il envie de la prendre dans ses bras quand tout va mal comme lorsque tout va bien ? A-t-il envie de sentir son odeur ? D’entendre sa voix ? De sentir sa présence ? A-t-il peur de ne pas passer trois sans elle ? A-t-il peur que tout ce finisse ? Qu’ils prennent des chemins différents ? A-t-il peur qu’elle trouve un autre homme ? Un homme qui le remplacera ? Un homme qui fera que Noona l’oubliera ? Que devais-je répondre ? Que devais-je penser ? Je savais bien que quelque chose n’allait pas. Elle n’était plus une grande sœur, elle devenait bien plus. Et le fait qu’elle se mette sur la pointe de ses petits pieds pour venir m’embrasser : cela remettait tout en question. Le fait que ces petites choses rosées sur son visage viennent effleurer les miennes : cela changeait tout. Je ne sais pas pourquoi, mais un sentiment apaisant m’apparu, m’enveloppa. Mon cœur parut s’arrêter pour redémarrer bien trop vite. Mes joues prirent une teinte rosée. Noona, savais-tu ce que tu venais de faire ? Tu venais de répondre à mes questions : Non, un frère n’agit pas et ne pense pas exactement comme ça. Un frère est plus réservé, un frère veut être fier, faire le grand, prouver qu’il n’a besoin de personne et surtout pas de sa sœur. Un frère pense à d’autres filles, à pleins de filles. Mais moi je ne pense qu’à une silhouette, qu’à une odeur : je ne pense qu’à Ryeo Won. Je ne vois que son visage lorsque le soleil vient m’ouvrir les yeux. Je ne vois que son sourire lorsque je suis heureux. Je ne pense qu’à ce qu’elle pourrait bien penser si j’agis en bien ou en mal. Je veux être fier devant elle. Je veux être fort devant elle. Je veux être beau devant elle. Je ne veux plus être ce gamin de quinze ans qui pleurait dans ses bras. Je veux être cet homme qu’elle serrera dans ses bras lorsqu’un jour de pluie s’abattra sur son cœur déjà meurtrie. Je veux être celui qui lui tendra un parapluie sous l’averse des douleurs de son cœur. Je veux être celui à qui elle pense quand tout va bien, quand tout va mal.

    Un sourire, beau, doux et sincère. Je n’avais plus aussi peur. La mort ? Non, elle ne me frappera pas tout de suite. Parce que je veux vivre pour toi. Si à mon arriver à Akiwa, mourir me semblait une bonne solution, à présent, elle me semblait inenvisageable. A présent, je voyais la mort m’arriver à un âge bien trop avancé. Un âge où je pourrai me dire « oui, j’ai assez vécu, oui, je peux partir sans remord ». Je n’avais plus peur de voir mon nom inscrit sur une tombe. Cette tombe ne sera jamais mienne. Du moins pas pour tout de suite. Avant tout, je devais m’amuser, je devais rire, je devais t’aimer. Vraiment ? Pensais-je ainsi ? T’aimer, toi Noona ? Mais t’aimer comment ? Comme une sœur ? Comme je l’affirme depuis toujours ? Ou comme la personne la plus chère que mon cœur ait pu accueillir ? Devais-je répondre à la question ? Rassures-moi, le petit bout de femme que tu es n’entends pas mes pensées ? Je n’espère pas. Car Noona, douce Noona… J’ai bien peur que la plus belle des maladies ait atteint mon cœur. Contaminé par le syndrome de la passion. Envouté par le plus beau des enchantements. Le tout scellé en un baiser. Mais je ne savais pas. Etait-ce un jeu ? Ou une vérité ? Est-ce tes sentiments ? Ou une blague d’enfant ? Rien qui ne puisse justifier que mes lèvres te disent la vérité. Rien qui ne justifie que j’ai l’audace de me pencher à nouveau pour effleurer tes lèvres. Rien qui ne justifie que j’ai la folie de tout de dire maintenant alors que je venais à peine de comprendre.

    « Hey ! La vieille, t’as pas peur que je te ridiculise dans cette endroit qui te fera hérisser les poils sur la peau ? »


    Une accélération pour accélérer les battements de mon cœur, deux accélérations pour pouvoir te sourire véritablement heureux, un saut pour mieux grimper, un saut pour mieux m’amuser. Un rire retentit dans mes entrailles alors que je me mettais à courir comme un idiot dans le cimetière. Soudain, ma course se stoppa assez rapidement. Un truc bête, un truc inimaginable mais tellement drôle. J’avais trébuché et je m’étais royalement massacré sur le sol. Pourtant je continuais de rire. Peut-être le fait de savoir la vérité dans mon cœur m’avait rendu plus heureux. Et je ne sentais aucune douleur, je me sentais juste : léger.

    « Yah ! Noona, un fantôme m’a attrapé le pied pour me faire tomber ! »

    Parce que je savais, je me sentais libre. Libre d’aimer, libre de rire sans honte. Il ne me manquait plus qu’une certitude, plus qu’une dernière pièce dans ce puzzle : tes sentiments. Mais cela était trop tôt. Il n’est pas bon de cueillir un fruit qui n’est pas encore mûr.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Shin Ryeo WonShin Ryeo Won
 

 
messages : 72
je suis ici depuis le : 08/07/2010
âge : 30
love status : Célibataire
animal de compagnie : Une petite chauve-souris. Hey non c'est pas Bat-Man mais Wyrd
mood : Blasée...Pour ne pas changer ;)
je me trouve ici : Bah ici!

Let's play! [Yu Jin] _
MessageSujet: Re: Let's play! [Yu Jin]   Let's play! [Yu Jin] EmptyMer 22 Sep - 11:30

    Mesures tu l'ampleur de ton geste? À tu consciences des conséquences que celui-ci pourrait avoir? Telle une jeune fille écervelée, tu t'es permise d'agir sans réfléchir. Futile! Voilà ce que tu as été. J'ai honte de toi. J'aimerais te renier si tu n'étais pas moi. Oui, Ryeo Won! Te revoilà à te parler toute seule comme chaque fois où tu ne sais plus donner de la tête. Ce ne sont plus de simples soucis que tu as fais germer en ton âme. Tu as générer une crainte jusqu'alors inconnu. Oh tu t'en doutes que tu peux le perdre cet avorton. L'embrasser? Mais comment as tu pu avoir cette idée? L'envie d'en découvrir plus sur tes sentiments? Te voilà bien idiote à présent. Tu as été déplacée...Vulgaire...Tu sais qu'il doit être surprit et se demande ce qui à pu te passer par la tête. Te prend t'il pour quelqu'un de grossier? Se pose t'il des questions sur ce que tu ressens pour lui? Te fuiras t'il de peur que tu viennes à lui faire une déclaration? Car si toi tu l'as apprécié, si tu as sentie ton coeur battre, en est t'il de même? Sûrement que non. Car si cet enfant ou plutôt cet homme qui se dresse face à toi t'aimait, ne te l'aurait t'il pas déjà partagé avec ta personne? Vous me juger encore de folle je suppose. Pourtant ne vous avais-je pas déjà affirmé que j'étais souvent mon principale interlocuteur? Surtout dans de tel moment. Je ne savais plus que penser. Adossée au mur de pierre, dans une position plus théâtrale que naturelle, je me perdais dans mes réflexions. Je ne pouvais me voir autrement que comme une idiote et je m'en maudissais. Si je n'avais pas honte d'avoir poser mes lèvres sur celles du gamin, je n'arrivais à dissiper ce malaise qui m'avait envahi. Je ne craindrais pas de recroiser son regard, je savais que j'arriverais à garder ce visage impassible qui lui ferait sans nul doute croire que je m'étais tous simplement amusé à un jeu. Et c'est sur ce point que je m'arrêtais. Mes angoisses? À quoi bon s'éterniser dessus? Elles me hantaient et je ne préférais pas m'y attarder et d'ainsi sentir le stress monter en moi. Je n'affirmerais aucunement que tenter de deviner ce qui trottinait dans l'esprit du mioche me faisait entièrement oublié l'état dans lequel je me sentais. Mais revenir à une activité qui m'étais plus commune que d'être tel le protagoniste d'un roman à l'eau de rose me ramenait furtivement à un trait de ma personnalité que je savais pour l'instant encore fiable. Je me connaissais donc encore un peu? Cela me suffisait...Je n'avais guère observer les réactions du jeune coréen mais j'essayais de me rappeler les infimes indices que j'avais pu apercevoir. Yu Jin n'avait pas sourit...Il n'avait pas été dégouté...Rien. Une anormale immobilité qui me dérangeait plus que s'il m'avait repoussé et insulter. Moi! Si douée pour deviner les émotions humaines malgré mon manque incroyable de sociabilité ne savait ce qu'il ressentait. Et je m'en sentais encore plus mal....

    Je fermais les yeux. Devenais folle? Apparemment tous me donnait une réponse positive. Mes pensées ne s'emmêlaient t'elles pas? Je me voyais incapable de les démêler. Elles allaient en tous sens et chaque questions en germaient une autre.Je ne pouvais renié que j'avais changer en une seule petite soirée. Je n'étais plus cette demoiselle modérée et des plus réfléchies. J'étais d'ailleurs incapable d'avoir ne serait-ce qu'une petite réflexion sensée. Et ce coeur qui ne cessait de battre rapidement ne m'aidait guère à me concentrer. D'ailleurs je lui en voulais de ne pas avoir été rester de glace plus longtemps. Pourquoi avait t'il fallu qu'il fonde si soudainement? N'aurait t'il pas pu me prévenir qu'il ne tarderait pas à sortir de son hiver qui me semblait être alors éternel? J'aurais pu me préparer alors à cet étrange sentiment amoureux. Car après tout, pouvais-je encore fermer les yeux et me dire que ce n'était que de la fatigue qui m'avait fait vouloir un moment si intime avec mon camarade? Je savais que non. L'amour m'était peut-être jusqu'alors inconnu mais fallait t"il avoir déjà une expérience avec lui pour être capable de le reconnaitre? Je n'étais pas stupide. Certes, je pouvais me voiler la face et refuser de voir ce qu'il en était mais à quoi bon? Je n'aimais pas mentir et encore moins à ma propre personne.
    Et que faisais-je donc de mal? Aimer m'étais t'il interdit? J'en vins lentement à penser que j'aurais pu m'apercevoir de ce cheminement vers ce fait inconnu bien avant. Si j'avais tout d'abord perçu l'avorton comme un simple frère, mon esprit qui ne faisait que le suivre par rêverie depuis quelques mois n'avait rien de familiale. Les idiotes jalousies aussi...Mais je passerais dessus, énumérer celles-ci ne me rendrait que plus pathétique.

    Ce fut le bruit d'un corps atterrissant lourdement sur le sol qui me sorti de ma torpeur. Mon regard se leva lentement pour se poser sur un coréen que je ne connaissais que trop bien. Et tandis que je l'observais s'agiter partout dans le cimetière, le plus beau des sourires illumina mon visage. Alors il ne m'en voulait pas? Avait t'il pensé que je me moquais de lui? Voulait t'il ne rien voir ou l'avait t'il apprécié? La vague de soulagement qui m'envahit m'obligea de ne plus y penser, de profiter de l'instant et d'aimer de partager cette soirée avec Yu Jin. Il ne serait bientôt plus à mes côtés alors autant ne pas se tracasser en sa présence et garder les soucis pour plus tard. D'un pas rapide, je vins à sa rencontre alors qu'il venait de s'étaler au sol. Avec force mais sans brutalité je le relevais tout en lui bloquant un bras dans le dos.

    "Vieille? N'as tu donc aucun respect pour tes ainées?"

    Je lui lâchais dès lors le membre retenu pour me lâcher sans ménagement sur son dos. Contact qui me plus et je ressentis à nouveau mon coeur s'emballer. Ne pouvait t'il pas me laisser un peu de répit?

    "Portes-moi!"

    Mes bras s'enroulèrent autour de son cou. Oh je ne serrais aucunement, je ne voulais pas l'étouffer! Si il y'avait un être que je souhaitais annihiler, cela aurait plus été ma personne. Je me maudissait de ne pas me sentir insensible à la douce odeur du jeune homme ni à ce contact rapprocher. Peut-être aurais-je du juste en profiter, comme l'aurait fait la plupart des filles? Malheureusement je n'avais jamais été aussi bécasse et ce fut sûrement la première fois que je le regrettais.
    Par réflexe, habitude mais surtout envie je caressais les cheveux du gamin. Je retirais pourtant rapidement ma main. Après mon baiser, l'interpreterait t'il mal? Ce n'était peut-être plus possible de le faire maintenant? Et quand bien même nos rôles n'avaient pas changés pour l'Ineo, avais-je le droit de me considérer encore comme sa soeur alors que je ressentais pour lui bien plus? Avec encore de nouvelles questions, mon esprit cria à la sature. Et je lâchais une pensée que j'aurais voulu garder pour moi mais que mon être semblait vouloir partager.


    "Noona est une drôle de Noona."

    J'admettais devant le jeune asiatique que je me remettais en cause. Le remarquerait t'il? Non? Oui? Je ne savais même plus que espérer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


Let's play! [Yu Jin] _
MessageSujet: Re: Let's play! [Yu Jin]   Let's play! [Yu Jin] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Let's play! [Yu Jin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
akiwa ::                                 | AKIWA | :: Extérieur :: Cimetière-