AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 All I'm asking you is just one touch of your body

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ahn Soo Jinavatar
m

m
messages : 338
je suis ici depuis le : 16/06/2010
âge : 26
love status : Jae Hyun ♥
animal de compagnie : Un furet, Sookie (et le premier qui m'appel comme ça je le giffle è.é)
mood : Coquine
je me trouve ici : Je me déplace toujours, tu sais.

MessageSujet: All I'm asking you is just one touch of your body   Sam 4 Sep - 16:16

La dernière fois qu’elle avait été avec Kessy, ça c’était terminé au lit. Enfin, dans un sens, pas totalement. Tout ça avait commencé lorsqu’elle était tombée sur le serpent du garçon. Il avait osé la taquiner avec le fait que « serpent » ne pouvait pas forcément désigner l’animal, mais bien une toute autre chose chez les hommes. Ça avait grandement embarrassé la demoiselle. Cependant, la conversation les avait mené à parler de choses un peu plus personnelles, comme le fait que Soo Jin n’avait aucune expérience avec les hommes. Autrement dit, sa virginité. À ce moment-là, Key avait probablement eu une intention quelconque en tête, puisqu’il s’était mis à lui donner un peu de tendresse au travers de petits gestes, qui peu à peu, s’étaient avérés beaucoup plus grands. Il lui avait alors fait découvrir de nouvelles choses comme de nouveaux sentiments ainsi que le corps que l’homme, puisqu’il lui avait permis de la laisser explorer le sien. Jusqu’à ce que ça aille trop loin pour elle. Alors au final, ils ne l’avaient pas fait. Ils ne l’avaient pas fait parce que la demoiselle ne l’avait pas voulu. Ou plutôt, elle ne s’était pas sentie prête. Hors, quand ils s’étaient quittés le lendemain, ça avait été un enfer par la suite. Bizarrement, ça avait déclenché quelque chose et pendant une bonne grosse semaine, elle n’avait cessé de repenser à cette soirée. À ce qu’elle avait ressenti, à ce qu’ils s’étaient dit, à ce qu’elle avait découvert et exploré. Puis elle avait fini par ne plus y penser, puisque quelque chose d’autre était venu perturber son esprit : un certain jeune homme dont elle était tombée amoureuse. Malheureusement, en lui ayant avoué ses sentiments, lui, il lui avait parfaitement fait comprendre qu’il ne voulait pas d’elle. Du moins, c’est ce qu’elle avait compris. Il lui avait dit qu’il ne voulait pas se poser et pour elle, c’étaient des espoirs impossibles. Il avait été si distant, si ferme… ça lui avait complètement brisé le cœur.

Elle se promenait dans le couloir des Ineo, en direction de la chambre de Kessy. Pourquoi lui ? Parce que c’était comme ça. Il y a des fois où elle avait besoin de voir quelqu’un et que ça pouvait être n’importe qui. Alors que d’autres, elle avait besoin de voir quelqu’un de particulier, pour un simple réconfort ou alors parce qu’elle savait que cette personne parviendrait à lui changer les idées. Et cette fois, ça se trouve que c’était lui. Peut-être aussi, était-ce parce qu’elle avait besoin d’attention suite à ce qui c’était passé avec Jae, et qu’elle savait qu’il allait lui en donner, peu importe la façon. Parce qu’il faut avouer qu’en plus de ça, elle ressentait une certaine colère et elle avait besoin de se lâcher pour la faire évacuer. Mais une chose est sûre, c’est qu’en ce moment, elle avait envie d’entendre la voix de Key, de voir son visage, de le voir la faire rire, de simplement lui parler et de le sentir lui faire un câlin avec son corps frêle d’homme. Bizarrement, elle avait envie de lui, malgré tout. De toute façon, il y avait tout de même un moment qu’ils ne s’étaient pas vus et en se fiant à leur dernière rencontre, il était quelque chose de positif pour elle. Pour une fois que ce n’était pas vers son frère qu’elle allait… Dans tous les cas, elle s’était rappelé d’où se trouvait sa chambre et n’eut donc pas de mal à s’y diriger. Puis lorsqu’elle y fut rendue, elle cogna faiblement à la porte. Sans savoir pourquoi, elle s’attendait à ce que ce soit Kessy qui lui ouvre, mais ce fut quelqu’un d’autre. Elle avait presque oublié qu’il n’était pas seul dans sa chambre. Son regard se posa sur le garçon devant elle, pour finalement mettre un pied dans l’entre de la porte et passer à côté de lui, l’ignorant presque. Impolie ? Peut-être un peu. Mais de toute façon, ce n’est pas lui qu’elle venait voir alors elle s’en fichait. De ce fait, Jinnie se retrouva dans la chambre. Mais Key n’y était pas. Ce qui la fit lâcher un soupir. Pour combien de temps était-il parti, ça elle ne le savait pas, mais elle avait envie de l’attendre. Trente minutes, une heure, toute la journée… ça n’avait pas d’importance. Elle voulait le voir, même si ce n’était que pour cinq minutes.

Silencieusement, elle prit place sur son lit. À ce moment-là, elle se mit à repenser pour la enième fois à tout ce qu’elle avait vécu sur celui-ci et cela fit naître un petit sourire. Des flashbacks, ses murmures à son oreille, son souffle contre sa peau… D’ailleurs, ce ne fut pas la seule chose que cette pensée fut naître. Elle se rappelait de ce qu’était l’envie, de la même façon que l’on se rappelle d’une odeur. Lorsque l’on se rappelle d’une odeur, on peut presque la sentir nous parcourir le nez et c’était pareil en ce moment avec ce sentiment. Elle pouvait presque la ressentir, juste à ce retour en arrière. Se faisant alors pensive, la jeune Muneo revint sur terre en voyant du coin de l’œil, une nouvelle silhouette apparaître dans le cadre de porte. Ce qui amena ses yeux sur elle. Kessy. Il semblait surpris de la voir là. Et il n’avait pas fini de l’être, mais ça il l’ignorait. Alors qu’il entrait pour de bon dans la chambre, Jinnie se leva du lit pour se diriger vers lui. Puis une fois qu’elle lui fit face, elle lui prit doucement les mains, se reculant jusqu’à ce que son dos ne touche le mur derrière elle, emmenant le garçon dans son geste. Lorsqu’elle y fut adossée, ses mains lâchèrent les siennes pour venir se poser dans son cou. Une pression se fit alors, lui indiquant de se pencher, jusqu’à ce que leurs lèvres se rencontrent pour échanger un baiser langoureux. Le tout, sans lui laisser le temps de dire un mot ni même de faire quoique ce soit ou de réaliser quelque chose. Imprévisible ? Ça oui. Mais n’était-ce pas lui qui lui avait dit de se laisser aller lorsqu’une envie ou une pulsion quelconque la prenait ? C’était ce qu’elle était en train de faire.

Leur baiser échangé fut très langoureux et une certaine envie pouvait s’y faire ressentir. Pourtant, chaque fois qu’elle avait l’impression qu’il voulait mettre fin au baiser, elle approfondissait celui-ci tendrement. Jusqu’à ce qu’environ une grosse minute passe. Là, Jinnie écarta ses lèvres des siennes, laissant leurs visages près l’un de l’autre, pour finalement lever son regard vers lui et lui dire tout bas et d’une voix toujours gênée. « Je suis désolée. C’est… une pulsion que j’ai eu. C’est toi la dernière fois qui m’a dit de ne pas me retenir. Et tu sais quoi ?... » Elle approcha ses lèvres de son oreille. « … j’ai envie de toi. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lee Kessyavatar

THE FREAK ADMIN;
messages : 448
je suis ici depuis le : 13/06/2010
âge : 27
love status : mh, quelle bonne blague.
animal de compagnie : dopey, un black racer. serpent pour les incultes. et dope pour les intimes - aka les femmes. ah, ouais, attention. il aime pas trop les hommes.
mood : embêté.
je me trouve ici : quelque part dans ta tête. trève de plaisanterie, certainement sur les toits.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Dim 5 Sep - 15:03

Belle journée de Septembre. Les cours étaient finalement commencés et le félin s’en réjouissait; contrairement à… 90% des autres élèves, et c’est-à-dire, ceux qui ne faisaient pas partie des bleus royaux de cette école. Cela dit, il n’appréciait pas réellement les cours puisque la plupart du temps, il s’emmerdait. Mais au moins maintenant il avait de quoi occuper ses journées. Donner une bonne claque à Kyung Jee derrière la tête lorsqu’il s’endormait sur son cahier ou alors tenter de comprendre ce que Yeon Hee essayait de lui faire comprendre lorsqu’il lui lançait des regards noirs, juste ça, c’était suffisant pour égayer sa journée. Drôle de façon de voir les choses, certes, mais bon… ce jour-là, c’était sa plus longue journée de cours; il terminait donc plus tard que les autres journées mais après, c’était le week-end. Il n’avait donc aucun cours le lendemain, heureusement. Mais, évidemment, il détestait avoir du retard; il s’était donc enfuit vers les toits dès la fin de ses cours pour s’appliquer à faire ses devoirs le plus rapidement possible. Cela dit, il n’avait pas eu besoin de beaucoup de temps pour terminer son premier devoir de potion, ni celui de métamorphose, d’ailleurs. Ce n’était pas de très gros devoirs, de toute façon, puisque c’était un récapitulatif des années dernières afin de rafraîchir sa mémoire. Sachant qu’il était capable d’étudier trois années en même temps… ce n’était pas une chose très difficile pour lui, et donc après, il s’affaira à aller porter les devoirs un à un à chaque professeur, qui, étonnés, le félicitèrent de sa ponctualité. Il était visiblement le premier élève à leur rendre leurs devoirs, sauf dans un cours, mais ça, il s’en fichait un peu… ce n’était pas du tout la compétition qui le poussait à terminer ses trucs rapidement; mais sa propre envie de ne pas s’étaler et de pouvoir passer à autre chose. Pourquoi ne pensaient-ils pas tous de la même façon ? Après tout, c’était difficile de passer le week-end à s’amuser sans s’inquiéter de nos travaux lorsqu’on décidait de toujours les repousser. Tandis que si on les faisait dès le départ, alors là, on avait tout le week-end pour glander… autrement dit, faire la fête pour la plupart des élèves. Pour lui, se reposer, ou alors aller embêter un des deux garçons déjà cités, ou peut-être même passer du bon temps avec son frère de cœur; Jae. Lorsqu’il arriva à la salle commune, il faisait déjà presque noir à l’extérieur.



Toc. Le jeune homme marchait lentement, posé, montait les escaliers vers son dortoir. Comme à l’habitude; le silence lorsqu’il passait. Quelles étaient les rumeurs sur son dos ? On ne le voyait jamais, il était étrange. Qu’est-ce qu’il faisait lorsqu’il disparaissait la nuit ? Il fichait la trouille, apparemment. A certains oui, à d’autres non. Il y avait ceux qui s’en fichaient et ceux qui faisaient mine de s’en ficher. Et lui parallèlement s’en fichait également, mais, au fond… il aimait bien l’attention qu’on lui donnait. Il souriait, discrètement, ses mains glissées dans les poches de son jean, regardant droit devant lui. Mais il s’arrêta, soudainement, sentant ses propres oreilles frétiller alors qu’une odeur venait chatouiller ses narines. Il leva le regard vers sa chambre. Certes, les odeurs habituelles ne l’alarmaient pas. Lorsqu’il était arrivé ici, avait posé pour la première fois les pieds dans le dortoir; les quelques premières nuits, il avait eu du mal à dormir. Simplement parce qu’il avait analysé, tout; les odeurs, les distances, à qui ces odeurs appartenaient, et même si cela pouvait paraitre un peu flippant aux yeux d’une autre personne… c’était ce qu’un félin faisait. Qu’est-ce qui le titillait, cette fois ? Il suivit l’odeur jusqu’à sa chambre. Une autre personne, une femme. Il savait d’ailleurs exactement qui cette jeune femme était; son odeur, à elle, il pouvait parfaitement la reconnaître. Ce n’était pas étonnant, en même temps, la dernière fois qu’ils s’étaient vu, ses sens avaient eu amplement de temps pour s’accommoder à sa présence… oh ça, oui. Il posa sa main contre la poignée et tourna la tête vers le couloir. Qu’était-elle venue faire ici, alors ? Avait-elle fait une gaffe ou alors venait-elle simplement en redemander ? Son sourire, amusé, lui revint l’espace de quelques secondes. Et maintenant il devait faire comme s’il était surpris, choqué de sa présence, c’est ça ? Il pinça les lèvres et reprit son air sérieux, tournant la poignée, pénétrant à l’intérieur de la pièce et redressant la tête vers son lit, tout au fond. Il referma doucement la porte derrière lui à l’aide de son talon, immobile, l’observant sans un mot. Il ne la lâcha pas une seconde du regard tandis qu’elle s’approchait de lui, baissant la tête pour soutenir son regard alors qu’elle venait attraper ses mains. Pas un mot. Il la suivit, silencieux, sans réellement se poser de questions. Jusque-là, c’était assez clair qu’elle ne venait pas lui rendre visite pour qu’il l’aide à faire un de ses devoirs; de toute façon, elle n’en avait pas réellement besoin, sauf si le cours en question était… voilà que son élève glissait ses mains dans son cou, frôlant à peine un point sensible – son oreille. Il frissonna, suivant la cadence, ne s’imposant pas, attendant de voir ce qu’elle voulait de lui. Ses lèvres rejoignirent les siennes assez rapidement, le tout se transformant rapidement en un long baiser passionné et langoureux. Ses mains, automatiquement, s’approprièrent la taille de la jeune muneo. Et chaque fois que le baiser semblait être sur le point de prendre fin; elle le poursuivait, lui laissait à peine le temps de respirer, et ce qui était commencé en douceur en devenait presque violent. Mais elle se retira finalement et il put respirer, la regarder dans les yeux tandis qu’elle murmurait les mots suivant. « Je suis désolée. C’est… une pulsion que j’ai eu. » Il sourit.

Il tourna la tête une seconde, observant la chambre à présent vide. Lorsqu’il était entré, Jun s’y trouvait déjà, mais il n’avait pas réellement pris le temps de lui dire quoi que ce soit ou n’avait pas plus eu le temps d’échanger quelconque regard avec son ami. Ce dernier était probablement parti lorsqu’il avait vu la scène. Il avait de la chance, pensa-t-il, parce que si ça avait été lui à sa place, il aurait certainement envoyé balader le couple et leur aurait gentiment – ou pas – demandé de se casser. Son attention se reporta vers la jeune femme alors qu’elle lui murmurait à l’oreille qu’elle avait envie de lui et un nouveau frisson le parcouru. Sa langue passa contre sa lèvre supérieure et il glissa ses mains sous ses cuisses pour la soulever contre le mur, de façon à ce que ses jambes se resserrent contre sa taille, ses mains venant se poser sous ses fesses. Alors elle avait envie de lui ? Dans quel sens, avait-elle envie de lui ? Avait-elle pensé à lui pendant ce temps ? Mh, sûrement pas, mais ça n’importait que peu. Même si ce n’était qu’une illusion de sa part, en ce moment, elle avait envie de lui. Et elle était venue elle-même le chercher. C’était suffisant. À ses mots, une grande vague de chaleur avait semblé traversé son corps au travers des quelques milliers de frissons qui avaient foulés sa peau. Ces mots; rien ne pouvait faire plus plaisir à un homme, si ? Il reprit son souffle avant de prendre le temps de lui répondre, la traînant jusqu’à son lit où il la déposa doucement contre les oreillers, s’insinuant entre ses jambes sans difficulté, son corps s’appuyant contre le siens sans toutefois y déposer tout son poids. Sa main droite monta le long de son corps, contre sa hanche, ses côtes, pour redescendre et finalement s’insinuer sous son haut, juste pour toucher sa peau. Il souffla contre les quelques mèches de cheveux en travers de son visage. « Tu apprends rapidement. Ça vient tout juste de te prendre où tu y pensais déjà ? » Lui demanda-t-il, sur un ton mi-amusé, mi-sérieux, la voix basse. Il réalisa alors qu’il n’avait aucun besoin de lui cacher la vérité; pas à elle, et peut-être qu’au fond, c’était ce qui était bien avec la jeune femme. Elle savait son secret. « Tu sais que j’ai pu sentir ta présence avant d’entrer dans la chambre ? » dit-il alors simplement, un mince sourire au coin des lèvres.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa-archives.forumactif.com

Ahn Soo Jinavatar
m

m
messages : 338
je suis ici depuis le : 16/06/2010
âge : 26
love status : Jae Hyun ♥
animal de compagnie : Un furet, Sookie (et le premier qui m'appel comme ça je le giffle è.é)
mood : Coquine
je me trouve ici : Je me déplace toujours, tu sais.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Lun 6 Sep - 5:50

Était-elle consciente de ce qu’elle faisait à l’instant ? Oui, parfaitement. Bien sûr, l’envie l’avait poussé à aller vers lui, mais une certaine volonté y était aussi coupable. C’était la première fois que ce genre de chose lui arrivait - parce qu’en temps normal, elle était bien trop coincée pour faire les premiers pas d’une façon aussi directe - et pour tout dire, elle aimait ça. Cela dit, le garçon ne semblait pas non plus rechigner sur cette approche si soudaine. Elle n’avait pas pensé une seconde que ce serait le cas, mais ce n’était pas impossible que cela arrive. Sa lancée, il l’avait lui-même continué en la soulevant contre le mur, la jeune fille entourant sa taille de ses jambes en y mettant une légère pression pour l’attirer un peu plus contre elle, ses sens se réveillant tranquillement et peu à peu. À l’instant, la présence du plus vieux la faisait sourire et plus aucune pensée n’occupait son esprit. Parce qu’en plus de se lâcher, il lui avait aussi dit de profiter du moment présent, de ne plus penser à quoique ce soit, parce qu’apparemment, elle avait trop – beaucoup trop même – parlé la dernière fois. En peu de temps, Soo Jin se retrouva allongée sur le lit du garçon tandis que de nombreux frissons apparurent sur la surface de sa peau, au frôlement de ses doigts sur son corps. Ce contact, cette douceur, ça lui avait manqué. Même que, étrangement, elle avait l’impression que c’était plus agréable que la dernière fois. Peut-être parce que là, elle désirait réellement ces gestes, alors que l’autre fois, elle se retrouvait à être surprise à chaque nouvelle parcelle de peau qui était touché. « Tu apprends rapidement. Ça vient tout juste de te prendre où tu y pensais déjà ? » La vérité, c’est que c’était les deux. Elle y avait pensé, s’était imaginé encore et encore cette dernière scène. Mais il y a quelques semaines de ça, ça n’avait semblé être qu’un simple souvenir qui l’avait fait sourire. Alors que tout à l’heure, juste avant qu’il ne mette les pieds dans sa chambre, la jeune fille avait réalisé que peut-être que tout ça était dû parce qu’elle voulait de Kessy, encore une fois. C’était un peu égoïste de faire ça alors qu’elle avait des sentiments pour quelqu’un. Mais elle avait attendu presqu’un an avant d’avoir le courage de lui dire elle-même qu’elle l’aimait. Résultat, il l’oblige à aller voir ailleurs en ne voulant pas se poser. Du coup, ce n’était pas tromperie ou tricherie puisqu’il n’y avait rien. De toute façon, elle avait fait ce qu’elle avait à faire et elle commençait à en avoir marre que rien ne fructifie. Et puis là, c’était l’Ineo qui avait occupé ses pensées, dernièrement. Elle lui fit un petit sourire, le regardant dans ses yeux perçants. « Les deux. Disons que parfois, on pense sans porter attention à ce que cette pensée nous apporte. Mais quand on prend le temps de le réaliser, on se rend compte qu’il y a bien une raison au fait que cette pensée soit si présente et nous préoccupe. » Ses mains vinrent doucement caresser son visage, traçant ses traits avec finesse, alors qu’il reprenait. « Tu sais que j’ai pu sentir ta présence avant d’entrer dans la chambre ? » Ses yeux n’avaient pas lâchés les siens. Pour la visite surprise, c’était raté. Elle pensa au fait que ce devait être probablement à cause de ses sens fins et éveillés de félin. Parce que oui, Jinnie connaissait le secret de Key et elle l’avait elle-même découvert. Bon, ça avait été un peu flippant au début, mais il savait qu’il pouvait lui faire confiance, tout comme elle envers lui d’ailleurs. « Ton odorat de chat j’imagine… Bouh, je n’ai pas réussi ma visite surprise. » Elle fit une courte pause dans un sourire amusé, avant de reprendre lentement. « Dis, si tes sens sont si développés que ça, est-ce que ça veut dire que… » Ses mains, toujours dans son visage, glissèrent le long de son cou, de son torse et de son ventre, le tout d’un frôlement léger. Son regard suivi le même trajet, faisant naître un petit rictus lorsqu’un frisson se montrait, pour finalement arrêter son geste à sa taille qu’elle commença à caresser de ses fins doigts. En même temps, ça l’amusait un peu de le laisser quelques secondes dans le suspens de sa question. Elle approcha ensuite ses lèvres de son oreille pour lui murmurer « … tu ressens avec plus d’intensité un frôlement, un souffle et un contact peau contre peau ? » Elle le regarda à nouveau, se mordillant la lèvre un peu timide. La timidité était dans sa nature, alors derrière chacun de ses sourires, de ses gestes et de ses regards, il y en aura toujours un peu, même si elle devient la personne la plus extravertie qui soit.

Quoiqu’il en soit, la demoiselle vint sceller leurs lèvres à nouveau pour échanger un baiser tendre et fougueux. L’une de ses mains remonta le long de son dos, lui caressant l’une de ses omoplates, puis sa nuque, pendant que son autre main restait toujours au niveau de ses hanches. Elle s’attarda un moment à la nuque de celui-ci avant de faufiler ses doigts dans ses cheveux et venir les lui caresser. Déjà là, Jinnie commença à sentir un titillement à l’intérieur d’elle-même. Sans doute, les effets procurés que lui faisaient le contact de ses propres doigts sur son corps ainsi que cette proximité et cette intimité qui faisait en sorte qu’elle pouvait ressentir la chaleur de leur deux corps s’entremêler. Ou alors, il s’agissait de son impatience qu’elle devra malheureusement apprendre à contrôler. Ensemble, ils mirent fin au baiser. Elle fit alors glisser ses doigts derrière son oreille pour les faire descendre jusqu’à sa jugulaire et s’y poser, continuant néanmoins de lui procurer des sensations. Il avait toujours la peau aussi douce et lisse que la dernière fois. « Ça m’avait manqué. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lee Kessyavatar

THE FREAK ADMIN;
messages : 448
je suis ici depuis le : 13/06/2010
âge : 27
love status : mh, quelle bonne blague.
animal de compagnie : dopey, un black racer. serpent pour les incultes. et dope pour les intimes - aka les femmes. ah, ouais, attention. il aime pas trop les hommes.
mood : embêté.
je me trouve ici : quelque part dans ta tête. trève de plaisanterie, certainement sur les toits.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Lun 6 Sep - 14:34

« Ton odorat de chat j’imagine… » Touché. Sa visite surprise tombait à l'eau ? Non, pas vraiment, en fait, puisque dès le moment où il avait senti cette odeur particulière il s’était posé des questions. C’était donc réellement une surprise pour lui, jusqu’à il y avait à peine trois minutes, avant qu’il n’entre dans la chambre. Soo Jin semblait commencer à comprendre comment il fonctionnait; ayant passé la majeure partie des cinq dernières années sous sa forme féline, il y avait effectivement plusieurs choses qui restaient. Notamment le sens de l’odorat, la vision nocturne, les réflexes… et les quelques points sensibles que l’on reconnaissait bien chez un félin tout particulièrement. Coulé. Il ferma les yeux une seconde lorsque ses doigts passèrent tout prêt de son oreille, sous sa nuque… jusqu’à son ventre. Il pencha lentement la tête lorsqu’elle murmura sa question à son oreille, lui demandant s’il ressentait avec plus d’intensité les touchers ou alors simplement les souffles contre sa peau. Oui et non. Il pinça les lèvres et redressa lentement la tête, haussant un sourcil, toujours amusé, mordillant la lèvre qu’elle venait tout juste de mordiller elle-même par gêne. Après quelques secondes de réflexion – ou plutôt, quelques secondes passées en silence pendant lesquelles il tentait de se concentrer, pour faire long, il répondit simplement; « Disons que certaines parties de mon corps sont plus délicates et sensibles, oui. » Puis la demoiselle scella leurs lèvres, ses doigts glissant derrière son oreille, le long de sa jugulaire, comme si elle avait compris exactement de ce qu’il parlait. Il ne pouvait réellement le cacher; l’oreille, le ventre, la nuque, toutes ces parties de son corps étaient beaucoup plus sensibles que n’importe quelle autre – sauf une, évidemment. Mh. « Ça m’avait manqué. » lui dit-elle finalement, et il redressa la tête pour poser son regard vers le siens, tentant de déchiffrer l’envie au fond de ses pupilles. Honnêtement, ça lui avait manqué à lui aussi, mais autant dire que dans sa situation… n’importe quel rapprochement féminin lui donnait envie d’en redemander plus. Présentement, il ne savait pas exactement ce qu’elle voulait – ce n’était pas précis, pas très clair dans sa tête, encore un peu flou. Mais elle lui avait bien dit avoir envie de lui. Cela dit, si la jeune femme sous lui n’était pas vierge, probablement ne se serait-il pas posé de questions. Mais cette fois-ci, c’était différent. Sa main, posée contre sa hanche jusque-là, descendit le long de son corps pour se poser contre sa cuisse nue qu’il agrippa en douceur. Elle portait donc une jupe; avait-elle fait exprès ? Était-ce pour l’aguicher ou alors simplement par hasard ? Ses doigts s’infiltrèrent un à un sous le tissus, faisant glisser la jupe un peu plus haut qui se maintint à son niveau avec l’appui de sa cuisse. À ce moment-là, il décida alors de ne tout simplement plus parler, ne plus lui poser de questions, ses lèvres venant s’attaquer à son cou, ses doigts se pressant contre sa peau.


Si Jinnie avait des pulsions, lui aussi, il en avait. Et elles étaient beaucoup plus difficiles à contrôler pour lui, qui savait exactement ce qu’il voulait, comment il le voulait – n’importe comment en fait, tant qu’il l’avait, au final – et qui savait exactement le plaisir qu’il pouvait en tirer. Pire encore lorsqu’il savait que la demoiselle sous lui était totalement vierge; même si cela pouvait paraître un peu cruel. Dans tous les cas, il n’était pas un bourrin et ne comptait pas non plus en tirer un plaisir à sens unique. A quoi bon s’il n’arrivait même pas à procurer du plaisir à sa partenaire ? Il n’y avait rien de plus plaisant que de savoir qu’elle aussi pouvait en tirer du plaisir; que c’était mutuel. Ses lèvres s’attaquèrent à sa clavicule, mordillant délicatement toute la peau qu’il pouvait couvrir, laissant ses traces derrière son passage alors que sa main droite venait agripper une fesse. Il se pressa alors contre elle et redressa la tête, ses lèvres venant cette fois rejoindre les siennes. Faire l’amour; c’était bien. Mais lorsqu’il y avait la passion, c’était encore mieux. Mordre, griffer, serrer, agripper, la violence sans trop en abuser. S’il y avait bien une expérience qu’il avait envie de lui faire vivre c’était ça; la passion, et non l’amour, puisqu’il n’y avait aucun sentiment de ce genre présent entre les deux. Et la passion, souvent, était un sentiment beaucoup plus fort que ce que l’amour pouvait nous procurer. Et l’amour, ça… il ne l’avait jamais vécu, mais il supposait que c’était quelque chose de beaucoup plus beau, plus doux. Dans tous les cas beaucoup moins intense. Ses lèvres caressèrent les siennes un instant avant qu’il ne redresse la tête, plongeant son regard dans le siens, observant les pupilles de la brune se noircir tout comme les siennes. Voilà. Il n’y avait rien de plus intense que ce genre de sentiment. La passion. Sa main droite relâcha son emprise et revint entre leurs deux corps, glissant jusqu’à son buste où il put atteindre le premier bouton de sa chemise pour le détacher, révélant un peu plus de peau sans trop. Au travers de cet élan de dite passion, il devait tout de même prendre son temps, laisser la jeune femme profiter. Parce que lui, de toute façon, était très patient. Et ça, elle avait dut le remarquer; il aimait jouer, regarder, titiller et, peut-être, aussi, torturer qui sait. Sadiste ou masochiste, dans les deux cas, rien ne pressait, et il bougea, se pressant contre elle au maximum, suivant la vague qui s’emparait de lui. Ses lèvres foulèrent cette nouvelle peau une dernière fois avant qu’il ne redresse la tête pour se remettre à niveau, ses lèvres retrouvant bientôt son oreille qu’il mordilla avant de souffler contre cette dernière, son souffle chaud s’évadant contre sa peau. Lorsque sa main revint vers le bas de son corps, s’infiltrant plus haut sous sa jupe cette fois, il remarqua le sous-vêtement qu’elle portait; le même genre de sous-vêtement qu’à leur dernière rencontre. Ça aussi, c’était calculé, ou c’était le hasard ? Il lui adressa un sourire, son visage se plaçant au-dessus du siens pour qu’elle le voit. « Tu es certaine que tu n’avais rien prévu avant ce soir ? Parce que, si ce n’est pas le cas… tu devrais toujours te fier à ton instinct. » Sa langue passa contre sa lèvre supérieure alors qu’il se délectait visiblement de ce qui suivrait. Puis il tira délicatement sur son sous-vêtement, faisant mine de le lui enlever mais le laissant en place, seulement pour appuyer son bassin entre ses jambes lorsqu’il retira sa main.

Il aimait la sentir comme ça, contre lui, pouvoir se presser contre elle jusqu’à ce qu’il n’y ait plus aucune espace et savoir que son intimité se retrouvait si près de la sienne. D’ailleurs, cette simple pensée suffisait à lui mettre des idées dans la tête, et même si l’ambiance n’était pas totalement installée encore, il s’amusait bien à onduler des hanches pour la rencontrer un peu plus à chaque fois, lui montrer ce qu’il avait envie de lui faire en ce moment – ce qu’il avait envie de lui faire depuis leur première rencontre. Allait-elle lui donner la permission de le faire, cette fois ? Dans tous les cas, il comptait bien repousser ses limites au maximum. Il revint où il en était, là où il avait détaché un bouton moins d’une minute avant de lui poser la dernière question, venant suçoter sa peau quelques secondes avant de finalement glisser sa main sous son haut, ses doigts caressant sa peau, montant lentement jusqu’à rejoindre sa poitrine. Et là, il remarqua qu’elle ne portait pas de soutien-gorge. Il fut presque surpris sur le coup, mais sa surprise se transforma en un agréable amusement au travers de son regard, sur ses lèvres, sur tous les traits de son visage. Alors si ça ce n’était pas prévu… son pouce passa furtivement sur la peau sensible qu’il découvrait à nouveau, cherchant de nouveaux frissons, de nouvelles sensations, faisant doucement mais sûrement monter la chaleur de son corps, peu à peu. « Vilaine… » murmura-t-il. Pour une jeune femme vierge et innocente qui n’avait, avant lui, jamais fait ce genre de choses, elle savait déjà lui plaire à ce niveau-là. Il le pinça délicatement entre deux doigts et redressa le visage pour ajouter la suite, toujours sur un ton bas; « Je crois que je vais devoir te punir. Vilaine, vilaine… » Sur ces mots, il ne lui laissa pas le temps de répondre tout de suite, scellant ses lèvres aux siennes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa-archives.forumactif.com

Ahn Soo Jinavatar
m

m
messages : 338
je suis ici depuis le : 16/06/2010
âge : 26
love status : Jae Hyun ♥
animal de compagnie : Un furet, Sookie (et le premier qui m'appel comme ça je le giffle è.é)
mood : Coquine
je me trouve ici : Je me déplace toujours, tu sais.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Mar 7 Sep - 5:48

Ce n’est pas parce que la jeune fille était vierge et encore innocente qu’elle n’avait pas d’envie ou d’intention. La façon dont elle s’était vêtue avait tout été calculé : sa jupe, son string rouge, sa blouse et aucun soutif… elle savait que ça allait plaire au garçon. Tout comme la façon dont elle s’était jetée sur lui lorsqu’il était entré. Si rien n’avait été prévu, elle aurait probablement été dans une situation embarrassante vu son manque de talent en improvisation. Et sans doute que le désire y était pour quelque chose. En même temps, elle aimait être désirée. D’ailleurs, quoi de mieux que de se sentir désirée par un garçon que l’on désir ? Néanmoins, c’était tout. Mis à part peut-être cette autre intention qui n’allait pas lui déplaire. En fait, elle comptait demander au garçon d’être son premier. Non, il n’y avait pas vraiment de sentiments derrière ça, mais de l’envie et une certaine obsession, si. Et puis, elle voyait bien que lui aussi la désirait au travers ses gestes et son regard. Un sourire apparu en le voyant apprécier sa tendresse. Comme la dernière fois, ça avait quelque chose d’excitant. Elle sentait ensuite les doigts du garçon se promener sur ses cuisses pour remonter lentement sa jupe et cela la fit frissonner. Même si elle avait déjà eu ce genre de contact, étrangement, elle se sentait un peu tendue. On aurait même dit que c’était pire lorsqu’il était près de ses parties intimes ou qu’elle sentait son corps se découvrir peu à peu. Peut-être parce qu’elle savait ce qu’allait être la suite et que le fait d’y penser lui faisait un peu peur. Dans tous les cas, elle était persuadée qu’elle était entre de bonnes mains. Hors, il n’y avait rien à craindre. Heureusement, ses petites caresses avaient quelque chose de relaxant en même temps et son visage le laissait paraître. Un soupir s’échappa de ses lèvres à ce contact humide contre sa clavicule. Peut-être était-ce dû à la douceur apportée, mais la jeune fille ne pu s’empêcher de fermer les yeux sous ses tendresses. C’était agréable, même si c’était loin de la satisfaire. Au contraire, les contacts échangés ne faisaient qu’augmenter l’envie d’en avoir d’autre. C’était à se demander si ça avait une fin. Cependant, elle ne les ouvrit que lorsqu’elle senti que Key la regardait aussi; à ce moment-là, Soo Jin se perdit un instant dans son regard tandis qu’elle le sentait déjà déboutonner sa chemise. Automatiquement, sa respiration s’accéléra un peu sous le plaisir de ce geste, mais la jeune fille tenta de ne pas se laisser aller tout de suite. C’était trop tôt, beaucoup trop tôt même. Bon sang, elle était si sensible. Ça, ça n’avait pas changé depuis la dernière fois. Un petit quelque chose et la voilà qu’elle sentait une certaine excitation en elle. À moins que ce ne soit parce que cette fois, elle le désirait vraiment ? Et que derrière ce désir, l’impatience provoquait ce genre de réaction qu’était le titillement. Pendant ce temps, les mains de la jeune fille se posèrent doucement sur les épaules du plus vieux, venant les lui caresser, alors que l’une de ses mains descendait le long du bras qui le soutenait un peu au-dessus d’elle et s’amusa à faire monter et descendre ceux-ci pour lui arracher des frissons. Ses yeux avaient légèrement suivi le mouvement de sa main sous sa jupe, jusqu’à ce qu’il ne s’arrête au niveau de son string. Là, elle le regarda à nouveau. Il semblait surpris. Elle lui fit un petit rictus, mordillant toujours sa lèvre. « Tu es certaine que tu n’avais rien prévu avant ce soir ? Parce que, si ce n’est pas le cas… tu devrais toujours te fier à ton instinct. » Son sourire gêné s’élargit. Elle ne lui répondit rien sur le coup, préférant plutôt le contempler. Bien qu’en même temps, elle hésitait à lui dire ce qu’elle avait en tête. Devait-elle attendre le bon moment et le laisser aller rendu-là, lui montrant que oui, elle était prête ou alors le lui dire maintenant et vivre davantage de sensation parce qu’ils allaient prendre leur temps, sachant qu’il pouvait maintenant aller plus loin ? Dans tous les cas, la façon dont il agitait son bassin contre elle lui fit comprendre que c’est ce qu’il attendait et elle, ça la faisait soupirer fortement alors que son corps se contractait sous celui du rouge, gigotant un peu à son tour sous l’effet procuré. C’était à croire qu’il aimait la voir être titillée de la sorte. Cela voulait donc dire qu’il voudrait bien lui prendre cette innocence, puisqu’il savait qu’elle était encore vierge. Et ce fut suffisant pour lui donner cette poussée et la forcer à lui dire directement dans un chuchotement. « Disons que c’était volontaire… » Elle amena alors ses mains jusqu’à ses hanches, les faisant descendre jusqu’à ses fesses sous son pantalon, pour qu’elle commence doucement à les caresser un moment. Puis celles-ci remontèrent jusqu’à leur point initial, ses hanches, pour finalement glisser lentement jusqu’à l’avant de son pantalon sous d’agréables frôlement. Là, elle détacha sa ceinture ainsi que son bouton, ce qui laissait entrevoir son boxer. Ses doigts se faufilèrent alors dans celui-ci pour ensuite effleurer la peau cachée par le tissu, juste avant la naissance de son membre. Contrairement à la dernière fois, ses gestes avaient beaucoup plus d’assurance, comme si elle savait ce qu’elle voulait à l’instant. Probablement que Key l’avait remarqué, d’ailleurs. Ceux-ci posés, ses yeux remontèrent dans les siens et son front se plissa un peu alors qu’elle tentait de reprendre dans une voix basse. « Key… j’ai envie de le faire. J’ai juste… peur. » La demoiselle était persuadée qu’elle n’avait pas besoin de lui préciser d’y aller doucement. S’il la respectait un minimum, c’est ce qu’il allait faire. Du moins, au début le temps qu’elle s’habitue. N’était-ce pas ce qu’il avait fait la dernière fois ? Après tout, elle ne craignait pas sa douceur ni son expérience.

Les lèvres de l’Ineo vinrent ensuite lui suçoter la peau et Jinnie, tout en profitant de ce qu’il essayait de lui procurer, remonta ses doigts vers son ventre en les faisant frôler sur celui-ci. Ses muscles se contractèrent à nouveau d’eux-mêmes lorsque les mains du garçon se faufilèrent sous son haut pour s’emparer de sa poitrine. C’était un endroit sensible chez elle. C’est là qu’il lui lâcha qu’elle était une vilaine fille et à ce commentaire, la Muneo eut envie de sourire. Entre le fait de porter une jupe et un string, ça, ce devait probablement la chose qui le surprenait le plus. Comme quoi elle pouvait être imprévisible. En même temps, ça l’amusait. Mais rien ne valait le fait de le voir la désirer. Et sa réaction avait été tel qu’espéré. Un autre soupir se fit entendre lorsqu’il pinça le bout de sa poitrine. Ça par contre, ça faisait augmenter un peu l’excitation et le titillement chez la plus jeune. « Je crois que je vais devoir te punir. Vilaine, vilaine… » Et avant même qu’elle n’ait le temps de dire quoique ce soit, il vint sceller leur lèvre. Ce baiser, elle ne se gêna pas pour l’approfondir et y mettre davantage une certaine fougue. Elle y mit seulement fin lorsque de longues secondes eurent passées pour finalement le regarder dans les yeux. « Me punir ? Tu comptes me faire quoi ? » fit-elle amusée et intriguée. «… Ne m’en veut pas pour ça. Je cherchais seulement à te faire plaisir. » Sur ce, leurs lèvres revinrent se sceller. Pendant ce temps, elle ramena ses mains à son pantalon et le fit descendre un peu, jusqu’à ce son boxer ne soit complètement découvert. Elle reprit alors les mêmes gestes que tout à l’heure – d’abord les caresses sur ses fesses – mais auxquels cette fois, elle put avoir contact avec sa peau. En même temps, son dos se cambra afin que leurs deux hauts de corps ne soient totalement collés l’un à l’autre ce qui lui fit aussi mieux sentir l’intimité du garçon contre la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lee Kessyavatar

THE FREAK ADMIN;
messages : 448
je suis ici depuis le : 13/06/2010
âge : 27
love status : mh, quelle bonne blague.
animal de compagnie : dopey, un black racer. serpent pour les incultes. et dope pour les intimes - aka les femmes. ah, ouais, attention. il aime pas trop les hommes.
mood : embêté.
je me trouve ici : quelque part dans ta tête. trève de plaisanterie, certainement sur les toits.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Jeu 16 Sep - 14:32

Le garçon avait remarqué le changement au travers du soufflé de la jeune femme; ses frissons, ses yeux qui se fermaient, tandis qu’il n’avait simplement que commencé à déboutonner un par un les boutons de sa chemise. Impatiente, pensa-t-il, sans pour autant faire de commentaire. Malgré l’impatience palpable de la jeune femme, il remarquait parfaitement à quel point elle était tendue. Avait-elle peur ? De quoi avait-elle peur ? Après tout, il le lui avait promis. Si elle n’avait pas envie d’aller trop loin, elle n’avait qu’à l’arrêter lorsqu’elle ne voulait plus, lorsqu’elle avait atteint ses limites, même si, pour lui, c’était beaucoup en demander. Mais, cette fois, si elle était si tendue; n’était-ce pas pour une raison précise ? Cette raison qu’il anticipait, qui le rendait curieux et le rendait également impatient de savoir la suite de ses paroles. De savoir la raison pour laquelle elle était venue ici, ce soir. Ce n’était certainement pas pour rien. Du moins il osait l’espérer. Un long frisson parcouru son échine lorsqu’il sentit ses mains se poser sur son épaule, tout prêt de sa nuque, redescendant le long de ses bras pour caresser délicatement sa peau au travers de sa chemise. Elle ne faisait pratiquement rien mais, pourtant, il savait que, pour elle, c’était déjà beaucoup. Que, si elle prenait des initiatives, aussi minimes soient-elles, c’est qu’elle le voulait. Pourquoi agissait-il de la sorte avec elle ? Il ne savait pas. Après tout, en temps normal, il n’aurait même pas eut la patience d’attendre son feu vert. Il lui aurait probablement dit d’aller voir ailleurs, de trouver un prince charmant si elle en avait envie, et de revenir à lui lorsqu’elle serait totalement prête et également prête à assumer tout ça. Peut-être s’était-il épris d’un sentiment amical envers la jeune femme. Sûrement, même si ce n’était pas spécialement non plus dans ses habitudes ça non plus. C’était connu; il détestait la présence humaine en elle-même. Le contact physique, certes, il ne s’en passait pas, mais lorsqu’il était au moins concret. Depuis son arrivée à Akiwa, eh bien… il ne faisait que se contredire, changer, aller à l’encontre de ce qu’il avait toujours été et c’était comme une grande bataille à l’intérieur de lui. Tout comme la bataille qu’il devait subir en ce moment même au fond de lui-même; s’il s’écoutait, il ne ferait même pas attention aux petits détails qui ne trompaient pas chez la jeune femme. Était-ce la présence de Jee, à nouveau dans sa vie, qui le faisait agir de la sorte ? « Disons que c’était volontaire… » Il redressa la tête, un mince sourire venant dessiner le coin de ses lèvres. Forcément. Puis les mains de la brunes se glissèrent le long de son dos, jusqu’à ses hanches, pour finalement se glisser sous son pantalon. La dernière fois, elle avait hésité avant de faire quoi que ce soit; et même s’il pouvait toujours sentir une sorte d’hésitation, peut-être mélangée à de la peur, il pouvait voir que, cette fois, elle était beaucoup plus à l’aise avec ce qu’elle faisait. Il se redressa légèrement, juste assez pour lui donner suffisamment d’espace afin qu’elle puisse déboucler sa ceinture et détacher son pantalon, baissant la tête une seconde pour observer ce que la muneo faisait. Les mains de la brune se glissèrent alors à l’intérieur de son sous-vêtement, venant à peine frôler la peau au bas de son ventre, tout prêt de son membre. Un nouveau frisson le parcouru, accompagné d’une certaine vague incontrôlable au travers de son corps. Mais, cette fois, c’était beaucoup plus subjectif. Il redressa la tête, son regard venant retrouver celui de la plus jeune. Et là, elle lui dit qu’elle avait envie de le faire. Envie, mais peur. Il pinça les lèvres, cachant à peine à quel point cette nouvelle le faisait déjà frémir de plaisir à l’idée de ce qui allait suivre. « Tu… es entre de bonnes mains. » Il avait presque grimacé après avoir dit ces mots; pas qu’il ne les pensait pas, mais… en fait, peut-être. C’était juste étrange de parler de cette façon. Et ses propres paroles n’avaient jamais semblées aussi stupides.

Punir avait une définition bien différente dans ce genre de situation – du moins, pour lui. Son châtiment serait plaisant mais tortueux à la fois. Il la ferait souffrir, en douceur, jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus. Peut-être même allait-il réussir à lui en faire demander plus. Pour le moment, il se contenta de l’aider à se débarrasser de son pantalon, tout en glissant sa main le long de son corps pour venir déboutonner les quelques boutons toujours bien attachés sur sa chemise, révélant un peu plus sa peau, jusqu’à ce que cette chemise soit complètement ouverte, ne quittant pas une fois ses lèvres. Il les relâcha seulement lorsque le besoin d’air se fit présent, ses poumons douloureux, son souffle revenant doucement. Sa main revint alors vers sa cuisse, faisant glisser la jupe de la plus jeune vers le haut, révélant la partie de ses jambes encore couverte jusqu’à maintenant. Il pressa son bassin contre le siens, agrippant sa cuisse alors qu’il venait cette fois s’attaquer à sa gorge. Il la titillerait du bout de ses doigts, sa langue, lui ferait profiter de chaque moment comme elle n’en avait jamais profité. Il ferait en sorte qu’elle puisse ressentir toutes les sensations, toutes les merveilles de la chose en question et, en même temps, y prendrait son propre plaisir; parce qu’il n’y avait rien de plus magnifique que de savoir que la jeune femme pouvait prendre plaisir grâce à lui. Sentir ses ongles transpercer la peau de son dos, ses orteils se resserrer tandis qu’il improvisait entre ses jambes, ses doigts se presser contre sa tête jusqu’à en couper la circulation tandis qu’il goûtait avec envie sa peau; voilà de quoi il s’agissait. Et juste à y penser, il pouvait déjà sentir sa propre température corporelle qui montait, le sang qui quittait rapidement son cerveau pour prendre des vacances vers le sud et ses pupilles qui se noircissaient rapidement. Bientôt, sa main se glissa entre leurs deux corps pour venir détacher la jupe de sa partenaire, se redressant afin de pouvoir la faire glisser le long de ses jambes et la lui retirer complètement. Elle retrouva rapidement le sol, tout comme son pantalon un peu plus tôt, et il réalisa alors finalement qu’ils faisaient tout à l’envers. Normalement, ça aurait dut être le haut qui aurait quitté son corps en premier. Mais, honnêtement, ça l’amusait plus qu’autre chose et, au moins; ça faisait différent, pour une fois. Même si tout ça annonçait que ça allait beaucoup plus vite que censé, ce n’était pas du tout le cas. Cette fois, il lui ferait réellement découvrir tout ce qu’il n’avait pu lui montrer la dernière fois. Mais la suite viendrait; ces vêtements étaient de trop, de toute façon, aussi longtemps voulait-il faire durer le moment, ils ne servaient à rien. Il posa la main de la brune contre son collet, lui indiquant de retirer ce vêtement elle aussi tandis qu’il faisait glisser la chemise des épaules de la plus jeune. À présent, il ne lui restait plus que ses sous-vêtements. Et franchement, pour le moment, c’était parfait. Il attendit donc que la plus jeune ait déboutonné sa chemise pour la laisser glisser de ses épaules, changeant finalement les positions, se retrouvant au-dessous.

Comme ça, elle pouvait s’asseoir sur lui; et donc sentir exactement ce qu’il voulait, son entrejambe se retrouvant pile au bon endroit, entre les siennes, son poids s’appuyant contre lui. Et, comme ça, ils pouvaient tous deux profiter du contact – puis, elle, d’un autre côté, prenait automatiquement la position dominante. Il savait parfaitement qu’elle ne serait pas confortable avec cette idée, qu’elle ne saurait certainement même pas comment réagir face à la situation, mais c’était exactement pour cela qu’il avait choisi de la mettre en cette position. Briser les barrières, la mettre en confiance plus rapidement, et au pire, si ça ne fonctionnait pas, il n’aurait qu’à reprendre les rennes et ça ne le dérangeait pas du tout. Pour le moment, il se contenta de la guider tout de même un peu, venant attraper ses poignets pour poser ses mains contre son torse, lui indiquant qu’elle pouvait faire tout ce dont elle avait envie. Il fit glisser une de ses mains jusqu’à son épaule afin qu’elle se penche lentement vers lui, venant attraper ses lèvres alors que ses mains se posaient finalement contre sa taille, la saisissant doucement mais appuyant avec force contre celle-ci tandis qu’il bougeait le bassin pour faire pression contre son intimité. Doux, il serait doux, mais il lui donnait simplement un avant-goût de ce qu’elle pourrait ressentir lorsqu’elle serait prête à le laisser franchir les barrières. Sa main gauche délaissa sa hanche pour se glisser au bas de son dos, jusqu’à ses fesses qu’il agrippa cette fois un peu comme il l’avait fait avec ses cuisses un peu plus tôt. Puis, finalement, il répondit à sa question; « Il y a pleins de façon plaisantes de torturer une personne, tu sais. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa-archives.forumactif.com

Ahn Soo Jinavatar
m

m
messages : 338
je suis ici depuis le : 16/06/2010
âge : 26
love status : Jae Hyun ♥
animal de compagnie : Un furet, Sookie (et le premier qui m'appel comme ça je le giffle è.é)
mood : Coquine
je me trouve ici : Je me déplace toujours, tu sais.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Ven 17 Sep - 3:54

Le garçon avait continué le geste de la jeune fille en l’aidant à enlever le tissu qui lui couvrait les jambes, pour ensuite faire de même avec sa chemise qu’il termina de lentement ouvrir. Un petit frisson la parcouru alors lorsque son ventre fut à découvert ; sans doute à cause de l’air frais qui frôlait sa peau qui se réchauffait à force de sentir un contact. Et pourtant, ce petit manège n’était pas terminé puisqu’elle en ressentait d’autre en sentant les mains du plus vieux s’attarder à sa jupe. Le baiser qu’ils s’échangèrent pendant ce temps, n’y était pas pour rien non plus ; il lui apportait davantage de désir. À moins que ce ne soit le frôlement de ses mains sur ses cuisses. Jinnie n’aurait pu vraiment le dire ; sa concentration n’était qu’à une seule place et c’était sur le contact de leur lèvre. Hors, elle ressentait diverses choses sans forcément savoir à cent pour cent ce qui les causait. Ce n’est que par la suite qu’il amena sa main sur son collet et là, Jinnie eut compris le message. C’était une façon de lui dire qu’il voulait qu’elle lui enlève son haut. Alors la jeune fille commença à le faire pour finalement arrêter son geste et l’aider à se débarrasser de sa chemise à elle, puisque lui aussi trouvait que ce vêtement leur nuisait. Celle-ci, se retrouvant en tas sur le sol. Ses mains se ramenèrent bientôt sur le bas du vêtement de Key, avant de faire glisser vers elle de façon à le lui enlever. Encore une fois, elle laisse le bout de tissu tomber sur le sol, son attention n’étant à présent que sur l’Ineo. Tous deux se retrouvèrent donc qu’en vulgaire sous-vêtements et pour tout dire, c’était un peu étrange pour Jinnie. Jamais personne ne l’avait vu si peu vêtue et même si son corps n’était pas encore tout à fait dévoilé, le fait de savoir que Key allait être le premier à découvrir ce qu’elle avait de plus précieux – son corps – avait quelque chose d’excitant oui, mais aussi d’intimidant. Non, elle n’avait rien à cacher et la dernière fois, elle ne s’était pas trop préoccupée de ça, probablement à cause qu’elle avait été trop pensive et trop angoissée, mais là… C’était donc normal qu’un petit inconfort fasse surface quelques minutes.

Sans s’y attendre, un changement de position eut ensuite lieu, la jeune Muneo se retrouvant au dessus de lui. Ses jambes étaient de chaque côté de sa taille alors qu’elle était assise sur ce qu’il y avait sous le boxer du garçon. Elle pouvait parfaitement le sentir et elle aurait dit que c’était plus intense avec si peu de vêtement. Ses yeux s’étaient alors posés dans les siens, l’air un peu perdu. En fait, comme il l’imaginait probablement, elle ne savait aucunement quoi faire et elle ne fit que promener ses yeux sur son torse, pendant qu’elle se mordillait la lèvre, pour finalement le regarder à nouveau. Franchement, elle se sentait un peu stupide à ne pas savoir quoi faire. Heureusement, il l’aida un peu en venant déposer ses mains contre son torse pour finalement l’obliger à se pencher vers lui et l’embrasser à nouveau. Ce qu’elle fit. Puis elle le senti venir l’entourer à sa taille pour ensuite le sentir bouger sous elle. Par réflexe, elle sépara soudainement leur lèvre, gardant toutefois son visage près du sien alors que sa respiration se mit à s’accélérer un tout petit peu. De l’excitation, probablement. Mais c’était aussi cette petite nervosité, ce sentiment presque totalement inconnu qui la fit réagir ainsi. Pour l’instant, ce n’était plutôt qu’un genre de frottement, mais c’était assez pour lui donner un avant-goût de la chose et de la vitesse à laquelle les sensations pouvaient être provoquées. Finalement, elle se pencha davantage vers lui lorsqu’il déposa ses mains sur les fesses. « Il y a pleins de façon plaisantes de torturer une personne, tu sais. » Elle lui fit un petit sourire en coin. Elle comprenait sans vraiment comprendre le sens de sa phrase bien qu’elle ne comptait pas vraiment chercher non plus, préférant plutôt le découvrir. Parce qu'au final, il parlait peut-être de la provocation, du titillement qu'il allait peut-être lui procurer, sachant qu'à quelque part, elle se devra de prendre le contrôle de son impatience déjà très évidente. Ses mains toujours contre le torse de celui-ci, décidèrent finalement de bouger un peu. Elle commença d’abord par les faire glisser sur sa peau le long de ses côtes, s’arrêtant lorsque ses pouces furent près de ses mamelons. Si pour une fille, c’était un atout qui aidait à procurer du plaisir, peut-être que pour les mecs, c’était la même chose, pensa-t-elle. Elle prit donc de l’initiative et se mit à faire passer ses pouces sur ceux-ci, attendant de voir si cela avait une certaine sensibilité ou pas. Après un court instant, elle les fit redescendre le long de son corps, procurant lenteur et douceur, les arrêtant au niveau de sa taille, près de ses jambes à elle. Ses lèvres quittèrent ensuite les siennes pour s’en aller vers son cou. À partir de là, elle continua à les faire descendre sur sa clavicule, son torse, son ventre… ses long cheveux lui arrachant forcément quelques frissons dû à leur effleurement doux contre sa peau, sa poitrine frôlant aussi celui-ci. C’était en le voyant faire qu’elle apprenait certaines choses. Ne l’avait-il pas lui aussi plongé sous de tendre baiser un peu plutôt ? Et elle tentait de le reproduire à sa façon, à son rythme.

La plus jeune fit remonter ses lèvres en lui mordillant un peu la peau, tandis que ses mains s’attardaient au bas de son ventre. Le simple fait qu’elle lui procurait quelque chose et qu’elle pouvait sentir son corps et le sien se chauffer de plus en plus, fit augmenter son excitation. Car en caressant son corps, elle ne se rendit pas compte que son entrejambe se frottait de lui-même un peu contre l’intimité du garçon et que ses cuisses s’étaient aussi resserrées contre sa taille. Ses lèvres maintenant revenues dans le creux de son cou, Jinnie redressa légèrement son visage afin de retrouver les prunelles du garçon. Elle n’était pas forcément douée pour reconnaître si tout ce qu’elle lui faisait là lui faisait quelque chose ou pas, mais elle osait espérer que ce soit un minimum le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lee Kessyavatar

THE FREAK ADMIN;
messages : 448
je suis ici depuis le : 13/06/2010
âge : 27
love status : mh, quelle bonne blague.
animal de compagnie : dopey, un black racer. serpent pour les incultes. et dope pour les intimes - aka les femmes. ah, ouais, attention. il aime pas trop les hommes.
mood : embêté.
je me trouve ici : quelque part dans ta tête. trève de plaisanterie, certainement sur les toits.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Ven 17 Sep - 6:12

Il ne savait pas exactement par quelles étapes il devait passer pour l’amener doucement jusqu’à la chose en question; mais il allait faire avec l’instinct. L’instinct trompait rarement dans ce genre de situations. Certes, il ne pouvait pas savoir tout ce qui passait par la tête de la jeune femme, mais si elle avait décidé qu’elle avait envie d’aller jusqu’au bout cette fois alors il ne restait plus qu’à suivre les signes, les envies. Il avait pincé les lèvres lorsque la jeune femme avait commencé à découvrir son corps, ses mains glissant un peu partout sur son corps, ses lèvres, ses cheveux chatouillant délicatement sa peau, lui procurant d’agréables frissons. Ses muscles à lui s’étaient aussi contractés naturellement lorsqu’elle touchait des points plus sensibles de son corps, ses doigts se resserrant légèrement contre la taille de la plus jeune, se pressant instinctivement contre elle tandis qu’elle le couvrait de caresses. Si elle ne se sentait pas à l’aise maintenant, elle improvisait parfaitement bien à sa façon. Certes, elle n’était pas totalement habile dans ses gestes; et il pouvait parfaitement voir l’hésitation dans tout ce qu’elle entreprenait. Mais si elle le faisait maintenant, après tout, après elle ne ressentirait plus la gêne. Elle ne serait certainement pas à l’aise tout de suite, mais au moins, de cette façon, il lui permettait de briser la glace en premier. Ensuite, elle avait le champ libre. Aussi devait-il lui montrer au plus possible l’effet qu’avaient ses gestes sur son corps, si elle faisait bien les choses qu’elle entreprenait, si elle arrivait à lui procurer l’effet voulu chaque fois qu’elle posait ses doigts sur son corps. Elle ne faisait rien de mal, et surtout pas pour une première fois. Ça, par contre, c’était difficile de lui montrer pleinement, si ce n’était que de la preuve physique la plus évidente. Mais ça, forcément, c’était naturel… et n’importe quel homme fonctionnel ayant dans l’idée d’avoir une relation avec une femme pouvait aisément le démontrer. Il se contenta donc de soupirer contre son oreille, caresser ses cheveux, son dos, resserrer son emprise contre le corps de la plus jeune. Entre temps, les cuisses de la brune s’étaient resserrées contre son corps à lui, son intimité se pressant contre son entrejambe, faisant monter en flèche les envies du plus vieux. Forcément. Il remarqua également que, depuis la dernière fois, elle ne posait plus de questions. Était-ce simplement parce qu’elle n’avait plus de questions ou alors parce qu’au fond, elle avait tout pleins de questions mais tentait de se retenir ? Dans tous les cas, elle faisait de grands progrès. N’était-ce pas ce qu’il lui avait dit ? Dans ce genre de situations; il n’y avait aucune question à se poser. C’était avec le corps que l’on ressentait, pas avec la tête. La tête, elle, elle pouvait s’évader bien loin. Ça ne changeait rien. A croire qu’il ne servait qu’à ça; libérer les femmes. Comme c’était amusant – ou pas.

Au bout d’un moment, finalement, après l’avoir laissée s’habituer à cette position, il décida de reprendre le contrôle. Après tout, il ne pouvait pas le lui laisser tout au long; il savait parfaitement que c’était à lui de poursuivre, à lui de la guider. Il glissa un doigt sous la petite corde de son sous-vêtement, tout prêt de sa hanche, et lui adressa un mince sourire, sa langue pointée au coin de ses lèvres. Puis il changea à nouveau les positions, reprenant le dessus pour se retrouver à nouveau entre ses jambes. Sa main se glissa contre ses côtes, sa hanche, se dirigeant vers son ventre où ses doigts s’attardèrent au nombril de la jeune femme. Il avait déjà pris le temps de découvrir son corps, mais pas entièrement. La dernière fois, la frustration l’avait probablement empêché de faire les choses correctement. Ce soir, au moins, il allait se rattraper – et on ne pouvait pas dire le contraire, il allait effectivement la découvrir, entièrement, du moins physiquement. Sa main poursuivit son chemin jusqu’à s’arrêter au bas de son ventre. Là, ses doigts chatouillèrent délicatement sa peau, tandis qu’il venait capturer ses lèvres pour mordiller délicatement l’inférieure, soufflant contre celles-ci. Son goût ? Délicat, légèrement sucré. L’innocence, en fait, pour lui. Il prit le temps de se presser à nouveau contre son corps pour lui faire ressentir ses propres désirs avant de glisser sa main entre ses jambes, ses doigts se pressant contre le sous-vêtement de la plus jeune, la titillant avec douceur. Il releva la tête, juste assez pour pouvoir voir l’expression de son visage; si c’était positif ou alors négatif. Mais comme il doutait franchement que ce soit négatif, ses pressions se firent bientôt plus accentuées, plus précises, toujours sans aller dessous le vêtement. Parce qu’il gardait son but en tête; il voulait lui en donner sans jamais lui en donner assez. Jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus. Là, elle n’aurait pas le choix de sortir de sa coquille et de s’offrir entière, sans barrière, sans limites et sans malaises; parce qu’elle le voudrait réellement. Attiser son désir jusqu’à son maximum. Entre temps, ses lèvres s’étaient posées contre son épaule, glissant doucement contre sa peau jusqu’au creux de son cou, tout ça après avoir observé attentivement le visage de la plus jeune. Il ne voulait pas l’intimider, non plus, alors la regarder trop longtemps n’était pas du tout la bonne chose à faire. Il mordilla la peau qu’il y trouva avant de remonter jusqu’à son oreille qu’il mordilla délicatement, et, finalement, revenir vers sa gorge, où il suçota la peau, laissant une marque rougie sur son passage. Il souffla tendrement sur la marque, toujours un petit sourire flottant sur ses lèvres.

S’il avait dut attendre une bonne année avant d’obtenir quoi que ce soit – quoi qu’il n’avait pas réellement cherché, en fait, puisque la dernière année, il n’était plus très lucide… - cette fois il était au moins récompensé. C’était plutôt les derniers mois qui avaient été insupportables, pas la dernière année. Et la jeune femme sous lui, en ce moment, était une des nombreuses femmes lui ayant fait réaliser le manque qu’il ressentait depuis déjà un bon moment. Son majeur glissa lentement contre son sous-vêtement, se rapprochant dangereusement de son intimité pour finalement s’y presser, sans trop de force, juste assez pour lui faire comprendre où il se trouvait. Ses lèvres trouvèrent le chemin jusqu’à sa poitrine tandis qu’il s’amusait à la titiller à cet endroit, sans toujours aller trop loin. Puis ses doigts se retirèrent, remontant le long de son corps pour poser ses doigts sur l’attache frontale de son soutien-gorge. Ça non plus, sur le coup, il ne l’avait pas vraiment remarqué. Mais, comme ça, et surtout dans la position où ils se trouvaient, c’était beaucoup plus pratique. Son pouce glissa sous l’agrafe du vêtement, le détachant toujours sans grande difficulté pour découvrir sa poitrine, qu’il couvrit bientôt de son propre corps alors qu’il revenait capturer ses lèvres pour une énième fois. Son corps s’écarta un peu du siens au bout de quelques secondes pour que sa main puisse se glisser à nouveau entre leurs deux corps, pour cette fois venir poser sa main la dite poitrine révélée. Son pouce glissa délicatement sur un téton durci, le pinçant avec la même délicatesse, répétant les mêmes gestes que la dernière fois; avec plus de confiance, cette fois, parce qu’il s’attendait certainement à ce que la plus jeune ne soit pas aussi étonnée que la dernière fois. C’était un terrain qu’il avait déjà visité, après tout. Et qui lui plaisait tout autant que la dernière fois, au passage. Il délaissa ses lèvres pour remplacer sa main par ses lèvres à lui, mordillant doucement la chaire rosée alors que sa main retrouvait sa place initiale, entre ses jambes, toujours par-dessus le vêtement.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa-archives.forumactif.com

Ahn Soo Jinavatar
m

m
messages : 338
je suis ici depuis le : 16/06/2010
âge : 26
love status : Jae Hyun ♥
animal de compagnie : Un furet, Sookie (et le premier qui m'appel comme ça je le giffle è.é)
mood : Coquine
je me trouve ici : Je me déplace toujours, tu sais.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Sam 18 Sep - 1:57

Ce changement soudain au niveau de sa respiration, la façon qu’il la caressait, son étreinte qui se resserrait… elle n’était peut-être pas une experte, mais elle n’était pas idiote non plus au point de ne pas se rendre compte qu’au final, elle parvenait parfaitement à lui procurer quelque chose, aussi minime soit-il. Ce qui pour elle, était une bonne chose, puisque cela signifiait qu’elle parvenait à atteindre des endroits sensibles et qu’elle croyait savoir comment s’y prendre au moins un peu. Bien qu’elle commençait peu à peu à apprécier et à prendre son aise, les longs doigts du garçon vinrent se poser au niveau de l’élastique de son string. Elle arrêta alors tous gestes, relevant la tête pour le regarder. Il la fit pivoter pour reprendre la position dominante, tandis que son regard à elle n’avait pas lâché ses yeux. À nouveau, il reprit ses douces tendresses et cette fois, la demoiselle se mit à réagir sous celles-ci, contractant brièvement les muscles de son corps encore une fois, gigotant un peu sous l’attisement de celles-ci. À ce moment, ses yeux se fermèrent automatiquement et ses lèvres se pincèrent de la même façon. S’il y avait une chose qui grandissait depuis tout à l’heure c’était bien l’envie et l’impatience. C’est avec ce genre de petits gestes, simples et courts, qui forçait quelqu’un à soudainement vouloir plus. Parce que oui, c’était agréable et Jinnie ne voulait pas forcément que ce début s’arrête, mais en même temps, elle commençait à avoir envie de plus. Plus de rigueur, plus de contact, plus de tendresse. C’était peut-être ça que Key sous-entendait lorsqu’il lui avait dit quelques minutes plus tôt, qu’il y avait d’agréable torture. Pendant un instant, ils s’échangèrent à nouveau un baiser, alors qu’elle pouvait pleinement sentir sa main descendre de plus en plus. Ce qui était plaisant aussi, était le fait que certaines choses étaient imprévisibles comme les mains baladeuses qui s’arrêtent à mi-chemin un moment pour finalement s’attarder autre part avec par exemple, les lèvres, laissant ses sens la titiller davantage intérieurement, alors que sur le coup, on aurait cru qu’elles allaient terminer leur chemin sur un autre atout. L’Ineo vint par la suite presser son corps contre le sien, amenant soudainement sa main dans la partie sensible de la demoiselle et cela la fit lâcher un premier soupir. Elle n’était pas forcément totalement excitée ce moment, mais elle se sentait languir. Et ce fut pire lorsqu’il augmenta la pression de celle-ci qui la fit déglutir une fois. Ses mains vinrent se poser dans son dos pour le lui caresser alors qu’il s’attardait à son corps à elle. En attendant, cela lui permettait de l’aider à se retrouver un peu plus détendue. Sur le coup, elle se demandait s’il allait l’avertir ou pas lorsqu’il passera à l’action. Et que ce soit le cas ou pas, ça avait tous les deux des avantages et des désavantages. Ce qu’elle préfèrerait ? Elle n’en savait rien. Elle aimait être prise par surprise, mais aussi être préparée mentalement. De toute façon, elle verra bien d’elle-même au moment venu.

Quand son doigt fut près de son intimité, elle se rappela que la dernière fois, c’était là que tout s’était arrêté. Heureusement là, elle ne se sentait pas du tout comme la dernière fois et elle voulait que ça aille plus loin. Et pourtant, même si ce n’était pas la première fois qu’elle ressentait ce contact, c’était comme si c’était le cas. Probablement parce qu’avant, elle avait été beaucoup trop nerveuse et qu’elle n’avait pas prit le temps de profiter de ce que ça lui faisait. Toutefois, seules ses cuisses se contractèrent fermement, sans relâchement et ce, involontairement. Elle resta ainsi pendant un moment quand ses lèvres se mirent à bouger sur son corps. Il la chauffait beaucoup. Ce fut ensuite à sa poitrine qu’il parvenu, voir même qu’il dénuda assez rapidement. Plus il lui enlevait des morceaux et plus elle sentait le besoin de s’adapter à ce fait et ce, pas seulement dans le sens physique mais aussi mental. Heureusement, son adaptation se fut assez rapide. Quelques soupirs furent de nouveau arrachés au contact de ses mains sur sa poitrine alors qu’elle se mit à gigoter encore un peu sous lui. La demoiselle ouvrit les yeux et lui murmura doucement : « Quand tu disais qu’il y a d’agréable torture… c’est… de ça que tu parlais ? Cette… impatience, cette envie de résister, de prendre… contrôle sur ces provocations. Cette envie d’en vouloir plus ? » Parce que c’est tout ce qu’elle ressentait à l’instant.

Ses mains toujours dans son dos se glissèrent maintenant jusqu’à la bordure de son boxer qu’elle tira doucement vers le bas. Ça, elle avait eu envie de le faire depuis un moment. Elle avait l’impression que tout allait vite, alors qu’en même temps, elle se dit que ce ne devait pas être le cas puisqu’il n’allait sans doute pas passer à l’acte tout de suite. Il y avait bien d’autre chose à lui procurer, non ? Ses fesses révélées, elle termina de lui enlever son dernier vêtement en le faisant glisser le long de ses jambes, jusqu’à ce qu’il ne finisse par l’enlever de lui-même. Il fut donc le premier à se retrouver nu, bien que son tour ne tardera pas non plus. Encore une fois, ses mains agrippèrent ses fesses et la demoiselle se mit à doucement les tâter, faisant de temps à autre descendre ses mains jusqu’à l’arrière de ses cuisses pour ensuite revenir vers celles-ci afin de lui arracher quelques frissons. Son souffle devenait un peu plus bruyant, en même temps que son excitation qui montait. Le plus imprévisible là-dedans, c’est qu’elle se surprise elle-même à vouloir enlever maintenant ce string pour se retrouver dans la même position que lui. Dans tous les cas, elle n’attendit pas que le garçon décide de lui débarrasser de son dernier vêtement; au contraire, elle s’empara de son string et l’enleva finalement elle-même, se retrouvant en tenue d’Ève. Le sous-vêtement parterre, Soo Jin entoura le haut du corps du garçon de ses bras, comme pour le forcer à franchir toute distance qui les séparait. Forcément, une nouvelle sensation fut née; celle d’être peau contre peau, même dans les endroits les plus intimes qui soit. C’était un peu bizarre au début, mais oh combien satisfaisant. Elle pouvait d’ailleurs sentir sa chaleur corporelle se dégager directement sur sa peau. Ses jambes vinrent se serrer plus fortement autour de la taille de Key. Elle avait envie de lui. Vraiment envie de lui. Et elle voulait le lui faire comprendre comme elle le pouvait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lee Kessyavatar

THE FREAK ADMIN;
messages : 448
je suis ici depuis le : 13/06/2010
âge : 27
love status : mh, quelle bonne blague.
animal de compagnie : dopey, un black racer. serpent pour les incultes. et dope pour les intimes - aka les femmes. ah, ouais, attention. il aime pas trop les hommes.
mood : embêté.
je me trouve ici : quelque part dans ta tête. trève de plaisanterie, certainement sur les toits.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Sam 18 Sep - 8:45

S’il y avait bien une chose qu’il savait c’était que les femmes ne fonctionnaient pas de la même façon, à ce niveau-là. Pour un homme, c’était facile. Suffisait que l’idée vienne en tête et ils étaient déjà presque prêt à passer à l’acte. Une femme, par contre… ça prenait du temps, de la patience, et il fallait forcément aimer les préliminaires afin de pouvoir la mener là où il le voulait. De toute façon, ce n’était pas amusant si l’excitation n’était pas à son comble chez les deux parties, et il était plus qu’heureux d’accomplir cette tâche. Voilà la raison pour laquelle il aimait bien prendre son temps, faire patienter la jeune femme, lui prodiguer toutes ces caresses jusqu’à ce qu’elle en frissonne de plaisir. « Quand tu disais qu’il y a d’agréable torture… c’est… de ça que tu parlais ? Cette… impatience, cette envie de résister, de prendre… contrôle sur ces provocations. Cette envie d’en vouloir plus ? » Encore une fois, il décida plutôt de ne pas répondre, de la laisser comprendre au travers des gestes et des sensations qu’elle ressentait; cependant, il ne la laissa pas totalement bredouille, lui lançant un regard et hochant doucement la tête sans pour autant être très clair. Oui, elle avait compris. L’impatience, l’envie, tout ça en elle devait créer une tempête; une tempête incontrôlable qu’elle finirait par ne plus gérer pour enfin se laisser aller, peut-être même se sentir renaître au travers de cet acte. Parce qu’après tout, une fois qu’on y avait goûté, notre perception des choses changeait totalement. Ce n’était jamais comme on l’avait imaginé. Soit par déception ou alors, au contraire, c’était mieux que ce que l’on croyait. Mais dans tous les cas, au final, on ressentait tous le même sentiment après le coup; ce soulagement, cette impression d’avoir enfin été libéré. C’était comme un calmant – si l’être humain ne possédait pas ce genre d’échappatoire alors, forcément, il serait certainement toujours sur les nerfs. Peut-être qu’après le coup, Jinnie se sentirait plus à l’aise avec son propre corps, aussi, qui sait. Il n’était pas non plus un messager ou quoi que ce soit, il n’était pas là pour éclairer Jinnie, mais si au moins elle en ressentait les bons effets c’est qu’il avait réussit – et c’était ce qu’il comptait faire. Au bout de quelques minutes, la plus jeune décida finalement de lui retirer son dernier vêtement. Il ne protesta pas, l’aidant même à le retirer, le laissant tomber tout prêt de tous les autres vêtements alors qu’il pinçait les lèvres pour tenter de se contenir. Parce que la jeune femme n’avait pas terminé; au même moment, elle avait décidé d’enlever le dernier vêtement qu’elle portait elle aussi, se mettant complètement à nu sous ses yeux. Inévitablement, son regard se posa vers son corps, se délectant mentalement de l’image qu’elle lui offrait. Vraiment, s’il y avait quelque chose de plus délicieux que le corps d’une femme en ce monde, Dieu était lui-même un pêcheur…

Bientôt la jeune femme resserra son corps contre le siens, ses jambes se nouant autour de sa taille et il n’eut d’autre choix que de suivre ses envies, soupirant contre sa peau alors que son corps se collait au maximum contre le siens. Automatiquement, son bassin se pressa contre le siens, ses yeux se refermant alors qu’il venait mordiller la peau de son épaule, son front se posant au creux de son cou pour prendre le temps de laisser passer la nouvelle vague de désir qui s’emparait de lui. Au bout d’un moment, il redressa finalement la tête pour la regarder dans les yeux. Rien de plus magnifique, pensa-t-il, encore une fois. Puis sa main droite se détacha du matelas pour venir se poser à nouveau sur son corps, passant sur ses hanches, sur ses côtes pour s’arrêter au niveau de sa poitrine qu’il vint à nouveau titiller alors qu’il pressait une nouvelle fois son bassin contre le siens, tentant de lui faire comprendre tous les désirs les plus intimes qui lui traversaient la tête, tentant également d’attiser son désir encore un peu plus. S’il y avait bien une chose qu’il regrettait, c’est de ne pas avoir noté tous les endroits les plus sensibles chez la plus jeune, de ne pas avoir pris le temps de la découvrir comme il se devait la dernière fois. Il avait l’impression de devoir la redécouvrir entière, recommencer à zéro, refaire tout le chemin qu’il avait déjà fait. Mais, au moins, la jeune femme lui prouvait de tout son être qu’elle le désirait; lui et personne d’autre – ou du moins, en ce moment, c’était lui qu’elle voulait et elle en avait envie. Ça, il n’avait pas besoin de paroles pour le comprendre. Son langage corporel, son regard sur lui; tout. Ça voulait tout dire. Il reprit son chemin où il s’était arrêté avant qu’elle ne décide de retirer tous leurs vêtements, ses lèvres remplaçant avec gourmandise sa main qui, elle, s’échappa vers le sud. Mais, cette fois, il n’y avait plus de vêtement, et c’était donc un peu plus délicat. Il y avait bien une nouvelle chose qu’il voulait lui faire découvrir avant tout; mais chaque chose en son temps, et le temps, il en avait devant lui. De toute façon, Jun allait bien avertir les autres de ne pas rentrer ce soir. Ou du moins, pas avant un moment, et peut-être pour la nuit complète s’il avait de la chance.

Sa main s’insinua entre ses cuisses, venant caresser l’intérieur de celles-ci, se rapprochant lentement de l’entrejambe de la jeune femme sans pour autant réellement s’y rendre. À toutes les fois, lorsqu’il s’en approchait, il rebroussait le chemin pour retrouver la partie inférieure de ses cuisses, les agripper, donner un nouveau coup de langue contre sa peau, revenir chatouiller le bas de son ventre et observer les réactions physiques de son amante. Parce qu’il fallait le dire; à présent, le terme ‘amante’ était beaucoup plus approprié. Et l’amitié qu’ils avaient développée dans tout ça ? Il ne savait pas exactement ce qu’il en resterait après cette nuit; ne savait pas si Soo Jin le verrait différemment, si elle allait l’éviter ou revenir à lui après le coup. Honnêtement, il n’en avait aucune idée, mais le moment présent était beaucoup plus important dans sa tête en ce moment. Après, lui, il n’aurait certainement aucun problème avec la jeune femme. C’était à elle de voir comment elle voulait poursuivre. Certes, dans cette situation, il ne s’agissait absolument pas de son cœur. De toute façon, il ne visait pas ce genre de relation avec la brune – et elle non plus, clairement. Mais il était clair que… pour la plupart, ce genre de relation était hautement inapproprié. Ses doigts pianotèrent contre sa peau jusqu’à finalement atteindre la partie intime de son corps, après de longues secondes – minutes – d’attente. Entre temps, ses baisers étaient descendus d’un niveau; sous sa poitrine, au niveau de sa cage thoracique, écoutant en même temps les battements de son cœur et son souffle, vérifiant toutes les irrégularités, toutes les tensions de son corps afin d’essayer de comprendre et assimiler ce qui lui passait par la tête. Si elle voulait qu’il continue ou si elle préférait qu’il attende encore avant d’entreprendre tel ou tel geste, tel mouvement, telle nouvelle barrière à franchir. Ses doigts retrouvèrent facilement le chemin de son intimité, la titillant une seconde pour observer une nouvelle fois ses réactions avant de redresser la tête pour voir son visage alors qu’il y appliquait de douces caresses; en toute délicatesse, parce qu’il savait que la jeune femme espérait qu’il soit doux, conciliant avec elle. Il se remit à niveau une seconde pour capturer ses lèvres alors qu’il venait caresser la partie supérieure de son intimité. Après tout, il ne voulait pas la brusquer; commencer en surface pour ne pas aller trop rapidement et surtout, faire monter l’excitation et possiblement le plaisir que pouvait en tirer la plus jeune. Son majeur se glissa donc entre les lèvres de son intimité, entamant une douce caresse circulaire sur le point le plus sensible de l’endroit; puis ses lèvres se posèrent tout prêt de son oreille, venant souffler contre celle-ci.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa-archives.forumactif.com

Ahn Soo Jinavatar
m

m
messages : 338
je suis ici depuis le : 16/06/2010
âge : 26
love status : Jae Hyun ♥
animal de compagnie : Un furet, Sookie (et le premier qui m'appel comme ça je le giffle è.é)
mood : Coquine
je me trouve ici : Je me déplace toujours, tu sais.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Dim 19 Sep - 13:29

Sa relation avec lui lorsque cette soirée sera terminée ? Un ami. Même si à ce stade, c’était effectivement un ami-amant. Mais ce n’était pas dans les intentions de Soo Jin de partir et de ne plus jamais vouloir le revoir, faisant comme si rien ne s’était passé. Au contraire, malgré le fait qu’ils se soient rencontrés il y a quand même peu de temps, elle pourra dire qu’elle a une relation très proche avec celui-ci. Voir même, qu’elle le qualifiera comme « ami précieux » vu ce qu’elle lui donnait. Et elle espérait qu’en retour, ce soit réciproque pour lui aussi, car ce qui se passe entre eux en ce moment restera sans aucun doute entre eux. Du moins, Jinnie allait faire de son mieux pour préserver le tout, car sa vie sexuelle ne regardait personne. Pour compléter ses gestes, le garçon avait ramené son bassin contre le sien. Sauf que cette fois, son membre, elle le sentait pour de vrai, sans aucun bout de tissu entre leur intimité. Et à ce simple contact, elle pu sentir une bouffée de chaleur la prendre soudainement. Déjà quand ils étaient habillés, ce genre de contact lui procurait toute une sensation. Là, c’était à lui en couper totalement le souffle. Et pourtant, elle savait que ça, ce n’était rien à comparer au reste. Sa tête vint se poser dans le creux de son cou, alors qu’il lui mordillait la peau et Jinnie ne fit rien, se contentant d’apprécier. Parce qu’en même temps, ça lui permettait de se laisser aller plus facilement. De sentir son propre souffle s’accélérer de lui-même. De sentir son cœur réagir au désir que l’Ineo lui donnait. De sentir cette immense chaleur s’étendre dans tout son corps. Et cela continua un moment puisque les gestes du plus vieux ne s’arrêtèrent pas. Quoiqu’il en soit, elle était très réceptive à tout ce qu’il tentait de lui faire ressentir, ainsi qu’à l’envie qu’il avait de le faire avec elle. Une de ses mains s’était ensuite insinuée entre ses cuisses. En conséquence, elle frémit un peu, parce qu’inconsciemment, la demoiselle savait qu’il y avait une forte proximité entre celle-ci et son intimité et que tôt ou tard, il allait probablement visiter l’endroit. Ce qui fit naître quelques pensées inquiétantes mais aussi agréables et excitantes. D’ailleurs, le fait qu’il s’amuse à revenir vers ses cuisses à chaque fois avait quelque chose d’assez enrageant. Mais d’agréablement enrageant. C’était comme tourner autour du pot : à un moment, on se doute de ce qui sera dit et on attend seulement que le but soit atteint avant de réagir. Et là, c’était pareil : sans forcément se retenir, elle savait qu’une fois qu’il aura les doigts sur son intimité, elle gémira et frémira. Et c’est ce qu’elle voulait. C’est ce plaisir-là qu’elle voulait ressentir. Mais décidément, il aimait jouer avec ses nerfs et la faire titiller un maximum avant d’aller droit au but. Lorsqu’il ajouta les coups de langue et les chatouilles au bas de son ventre, la jeune Muneo se mit à réagir un peu différemment. Comme d’habitude, ses muscles du ventre se contractèrent chaque fois qu’elle sentait ses doigts s’y poser, mais sa tête se mit à bouger un peu, se tournant tantôt vers la gauche, tantôt vers la droite, comme incapable de rester en place. Ses yeux s’étaient aussi fermés. Ces réactions se firent néanmoins plus intenses lorsque ses doigts arrivèrent sur la partie humide de son corps. Et un soupir d’excitation s’échappa de ses lèvres. Plusieurs fois, elle eut échangé quelques regards avec lui à son redressement de tête, alors que d’autres fois, il avait simplement dû voir l’extase qu’elle pouvait ressentir. Un peu plus tard, il était revenu capturer ses lèvres et Jinnie, tout en approfondissant celui-ci, amena l’une de ses mains sur sa joue, lui caressant doucement le visage. Même là, il était chaud. Sa peau était chaude. Ou alors, la sienne l’était encore plus que celle du garçon et c’est l’impression que ça lui donnait. Bref, leur baiser s’arrêta seulement aux caresses de son doigt entre les lèvres de son intimité – ce fut une sorte de soulagement d’ailleurs, bien que maintenant, elle était persuadée qu’il trouvera encore le moyen pour lui faire revivre ce plaisant enfer - pour alors y laisser sortir un petit gémissement près de l’oreille du garçon et lui murmurer son nom d’une voix à laquelle une certaine excitation était mêlée. Sa main étant toujours sur sa joue, elle la fit glisser jusqu’à ses lèvres. Puis avec son index, elle vint caresser celles-ci un moment jusqu’à ce qu’elle ne revienne sceller leur lèvre. Mais au lieu de l’embrasser pleinement, elle y passa une fois sa langue pour finalement venir mordiller sensuellement sa lèvre du bas. Cette même main, elle la laissa glisser dans son dos pendant ce temps, jusqu’à ce qu’elle n’atteigne le creux de ses reins auquel elle s’attarda un moment en y faisant frôler le bout de ses doigts.

C’était en observant qu’elle apprenait. Elle était portée à croire que les caresses qu’il lui donnait, les endroits où il la touchait, la façon dont il le faisait… était sans doute aussi les endroits où il voulait qu’elle le touche et la façon dont il voulait recevoir les caresses. Et ça, ça c’était une initiative qu’elle voulait essayer, histoire de comparer ses réactions aux siennes. Hors, malgré le contrôle d’elle-même qu’elle commençait lentement et peu à peu à perdre, elle voulu essayer quelque chose de nouveau. Après tout, il lui avait précisé la dernière fois qu’elle pouvait faire ce qu’elle voulait avec lui. Ainsi, elle amena l’un de ses pieds sur ses jambes et tenta de les lui caresser tendrement avec celui-ci. Puis ses yeux se plantèrent dans les siens essayant de capter une quelconque réaction, s’il devait y en avoir une. Le tout, gémissant toujours faiblement sous le contact de ses doigts à la surface de son intimité. Après un court instant, sa main relâcha le creux de ses reins et ses doigts fins se déplacèrent jusqu’au creux de ses cuisses, à leur tour. Tout comme lui, Soo Jin lui caressa cet endroit pour ensuite les faire descendre à la naissance de son membre en appuyant légèrement, lui laissant croire à chaque fois qu’elle agrippera son membre alors qu’en fait, ils rebroussèrent eux aussi chemin pour revenir vers son nombril, pendant de nombreuses fois. « Moi aussi je suis capable de jouer à ce jeu, tu sais… » murmura-t-elle doucement à son oreille d’une voix à la fois amusée et chaude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lee Kessyavatar

THE FREAK ADMIN;
messages : 448
je suis ici depuis le : 13/06/2010
âge : 27
love status : mh, quelle bonne blague.
animal de compagnie : dopey, un black racer. serpent pour les incultes. et dope pour les intimes - aka les femmes. ah, ouais, attention. il aime pas trop les hommes.
mood : embêté.
je me trouve ici : quelque part dans ta tête. trève de plaisanterie, certainement sur les toits.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Lun 20 Sep - 11:16

Soo Jin semblait se prendre au jeu, répétant à peu près les mêmes actions que lui; les transformant à sa façon. Elle jouait avec lui, tout comme il s’amusait tant à jouer avec elle. Elle mordillait sa lèvre, passait sa langue contre celle-ci, laissait s’évader son souffle contre sa peau et le caressait à des endroits qu’elle semblait avoir compris être plus sensibles sur son corps. Malgré tout, il pouvait remarquer – autant visuellement qu’au toucher – que l’excitation de la jeune femme montait en flèche; et ça, au moins, c’était une bonne chose. En même temps, ce qu’il arrivait à procurer à la plus jeune faisait son effet sur lui aussi. Les mains de Soo Jin descendirent le long de son dos, s’arrêtant au creux de ses reins et il redressa la tête, un mince sourire au coin des lèvres. Elle voulait jouer, non ? Il la voyait, là, cette lueur de malice au fond de son regard. Et il la reconnaissait très bien. Son doigt se pressa un peu plus contre son intimité alors qu’elle caressait ses cuisses, comme pour la déconcentrer. Évidemment, que c’était un jeu qui se jouait à deux. Mais si elle pensait le faire flancher si rapidement, sans qu’il ne réponde de lui-même à ses attaques, elle se trompait – et de loin. Certes, oui, il avait ses limites lui aussi, et la main qu’elle glissa au bas de son ventre pour se jouer de lui, passant de son nombril pour aller plus bas sans jamais s’aventurer plus loin l’agaçait profondément, ses dents se resserrant l’une contre l’autre et un soupire passant la barrière de ses lèvres. Mais il lui en fallait plus, beaucoup plus pour qu’il ne flanche. Parce que même s’il avait les nerfs à bout et qu’il avait – très – hâte de passer à l’action; il possédait une grande patience. Enfin… lorsqu’on ne le mettait pas en colère, mais là, ce n’était pas du tout ce genre de situation là. Et au contraire, il était bien loin de la colère. En ce moment, il était plutôt dans un état… joueur. Voilà, il se sentait joueur. Il avait envie de jouer avec la plus jeune. Sa langue passa contre sa lèvre supérieure alors que les doigts de la brune se pressaient contre son membre, faisant mine de se refermer autour de ce dernier sans jamais le faire, répétant le même geste plusieurs fois par la suite. Inévitablement, il se pressa contre la main de son amie, son majeur se glissant un peu plus bas pour se frayer un chemin et titiller son intimité, faisant mine de vouloir se glisser en elle mais sans réellement le faire. Il ravala sa salive, parce que ce geste ne la narguait pas seulement elle, mais lui aussi. Parce que, après tout, il aurait bien voulu se retrouver à la place de ce maudit doigt. Le dit doigt s’insinua finalement en elle, lentement, très lentement, alors qu’il redressait la tête pour l’observer une fois de plus alors qu’il la torturait doucement. Et ça, ça ne la déconcentrait pas au moins un peu ? Il cacha le rictus qui lui venait, venant poser ses lèvres à la naissance de sa mâchoire où il mordilla délicatement sa peau, pour ensuite souffler contre son oreille. « Moi aussi je suis capable de jouer à ce jeu, tu sais… » Il hocha lentement la tête, positif. Oui, elle pouvait très bien y jouer. Réussir, gagner, par contre, ça restait à prouver…

Son doigt s’était arrêté à mi-chemin, ne lui procurant rien de plus tandis qu’il s’occupait à couvrir sa gorge de baisers, laisser son souffle courir sur sa peau chaude, glisser son nez contre cette même peau et lui procurer des frissons, tout ça juste pour la rendre encore plus impatiente qu’elle ne semblait déjà l’être. Ses lèvres s’aventurèrent jusqu’à son épaule, revenant vers sa gorge, sa clavicule, à la naissance de sa poitrine pour toujours revenir au même point : son oreille, là où il pouvait de temps à autre susurrer quelques mots pour attiser son désir, ou alors simplement forcer les fantasmes à s’accumuler dans son esprit probablement déjà embrouillé – comme le siens, en fait. Lorsqu’on se retrouvait dans ce genre d’état là, les paroles qui, en temps normal auraient semblées être vulgaires, devenaient tout de suite beaucoup plus sensuelles. Allez savoir pourquoi. En même temps, il y avait le contexte. Dire à une femme qu’on allait la prendre comme une déesse dans un lit alors qu’elle était totalement nue contre nous n’avait pas la même signification que lorsqu’on était ivre et assis au comptoir d’un bar; cela va de soi. « Jouer, c’est une chose. » répondit-il finalement, lui faisant part de ses pensées. Il laissa un court silence passer, la laissant tenter de deviner la suite alors que son doigt s’enfonçait entièrement en elle. « Gagner, c’en est une autre, Jinnie. » Son doigt fut à nouveau immobile en elle et il captura ses lèvres pour l’empêcher d’ajouter tout commentaire. C’était son truc à lui, visiblement, et il prolongea le baiser jusqu’à plusieurs secondes; jusqu’à ce que l’oxygène devienne une denrée vitale pour les deux. Puis, lorsque ses lèvres relâchèrent les siennes, il s’attaqua directement à ses épaules; mais, cette fois, son chemin se traça de lui-même vers sa poitrine, sur laquelle il s’attarda un moment avant de descendre vers son nombril. Son doigt s’agita en elle lorsque ses lèvres en furent à mi-chemin, pressant cet endroit en elle qui, s’il ne se trompait pas, devrait envoyer d’agréables vagues de plaisir au travers de son corps. Il mordilla la peau tout prêt de son nombril et passa un coup de langue au bas de son ventre, comme pour lui indiquer l’endroit où il se trouvait; l’endroit duquel il approchait.


Ce qu’il avait en tête, ce qu’il s’apprêtait à faire; il savait parfaitement que ce n’était pas nécessairement quelque chose avec laquelle la jeune femme serait à l’aise. Non, correction : il savait qu’elle ne serait pas du tout à l’aise. Voilà pourquoi il préférait prendre son temps. Après tout, si on n’était pas habitué même à ce qu’une main autre que la sienne ne visite cet endroit, alors une tête, encore moins… pour le moment, il voulait simplement l’introduire à la chose, et donc y aller doucement. Non, il ne le ferait pas maintenant, et puis, de toute façon, si la jeune femme n’était pas prête à le ‘subir’ maintenant, avec lui, alors tant pis : il ne le ferait pas. Malgré tout, son doigt entama un va et vient en elle, doucement, lentement, et il redressa la tête pour l’observer. Son pouce vint stimuler la partie supérieure en attendant, tandis que ses lèvres se posaient tout prêt de sa cuisse, se rapprochant presque dangereusement de l’endroit visé sans pour autant s’y rendre. Comme dit, il n’irait pas tout de suite. Pour le moment, il voulait simplement voir sa réaction, comment elle verrait la chose. Il ne savait pas si elle avait deviné déjà ce qu’il comptait faire mais, à en juger par ses réactions, à présent, elle devait avoir deviné – sûrement. Il posa ses lèvres vers l’intérieur de ses cuisses et la couvrit de quelques baisers avant de revenir vers son nombril, s’amusant plutôt contre la peau douce de son abdomen alors qu’il poursuivait ses caresses appliquées avec sa main. « S’il y a quelque chose qui te derange, ou que tu ne veux pas… n’hésite pas à le dire. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://akiwa-archives.forumactif.com

Ahn Soo Jinavatar
m

m
messages : 338
je suis ici depuis le : 16/06/2010
âge : 26
love status : Jae Hyun ♥
animal de compagnie : Un furet, Sookie (et le premier qui m'appel comme ça je le giffle è.é)
mood : Coquine
je me trouve ici : Je me déplace toujours, tu sais.

MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   Mar 21 Sep - 7:11

Elle avait l’impression que son rythme cardiaque et que le doigt du garçon étaient tous deux liés. Car plus il le descendait et plus celui-ci battait rapidement, comme si c’était l’Ineo qui contrôlait le rythme de ses palpitations. De toute façon, depuis un court moment déjà, elle avait perdu ce contrôle puisque lorsqu’elle essayait de respirer à nouveau calmement, cela ne durait que quelques secondes avant qu’il ne s’accélère encore et encore. Elle commençait lentement à s’habituer au fait qu’il tentait de la titiller en faisant toujours des allers-retours avec son index, sans jamais toucher au but. Hors, il parvint néanmoins à la surprendre lorsque cette fois, il insinua celui-ci dans son intimité. Là, un long soupir s’échappa de ses lèvres pendant que ses muscles se contractèrent. Pour une première fois, c’était bizarre. De là à dire que ça faisait mal, peut-être pas, mais c’était cette sensation de sentir quelque chose en elle qui sur le coup, la mis un peu inconfortable. Et pourtant, c’était tout à fait agréable en même temps. Et ça, elle ne pouvait pas le nier vu les effets physiques procurés. Il alterna ensuite son contact en l’ensevelissant sous de nombreux baisers et de nombreux effleurements. Choses à laquelle, depuis le début, Jinnie s’était toujours montrée sensible et cette fois n’était pas exception. Ça la chatouillait, ça faisait augmenter sa température corporelle et pendant quelques secondes, elle se cru incapable de bouger tant cette excitation croissante semblait vouloir dominer son corps en entier. Un peu comme si elle n’avait plus aucune force et que tout ce que sa conscience lui dictait c’était de continuer de se laisser aller de la sorte pour laisser ces sentiments prendre le contrôle sur elle. Automatiquement, la jeune fille ne put s’empêcher de murmurer le nom du garçon d’une voix désireuse et excitée parce que c’est l’effet qu’il lui produisait. Et même si son doigt déjà à moitié en elle s’était soudainement immobilisé, elle put tout de même grandement le sentir. « Jouer, c’est une chose. Gagner, c’en est une autre, Jinnie. » Forcément, elle n’avait jamais été douée pour les jeux à contact ou alors physiques. Et bien qu’elle soit parfois mauvaise perdante, là, elle se fichait complètement de perdre. De toute façon, Key était probablement plus rusé qu’elle; si elle s’était avérée à le contredire, pour tenter de gagner le jeu, il aurait probablement trouvé le moyen de reprendre la situation en main. Sa main vint caresser ses cheveux quand Key revint l’embrasser, échangeant alors un baiser brûlant. Le même manège recommençait ensuite et chaque seconde, ce qu’elle ressentait devenait plus intense. Surtout en sentant ces lèvres chaudes et humides se diriger tranquillement là où son doigt se trouvait, au travers d’un chemin. D’ailleurs, ce doigt, elle le sentit s’agiter à nouveau en elle et cette fois, ce ne fut pas un soupir mais plutôt un court gémissement qui se fit entendre. Elle avait du mal à rester en place, à ce moment ce qui fait que corps, plus précisément son bassin, se mit à s’agiter un peu contractant continuellement ses muscles. Tout ce qu’elle voulait, c’était de bouger un peu comme pour tenter de se débarrasser de ce doigt en elle, qui sans cesse la titillait. C’était vraiment plaisant de se sentir ainsi, même si parfois, ce qu’elle ressentait lui semblait un peu contradictoire. Par exemple, le faire de se sentir titillée était grandement agréable mais oh combien agaçant, puisque cela la forçait à en demander davantage et à rendre sin impatience encore plus impatiente. Finalement, il décida de faire des vas et viens avec son index, lui caressant en même temps l’endroit sensible. Puis avec ses lèvres sur ses cuisses, elle pouvait sentir son souffle effleurer une surface très près de son intimité ce qui l’excita davantage. En même temps, un long frisson lui parcouru l’échine, mais ça, c’était simplement dû au changement de température qui avait passé de la chaleur du corps du garçon à l’air ambiant de la pièce.

Évidemment, même si Jinnie se doutait d’où il voulait en venir, elle fut complètement incapable de se l’imaginer, son esprit étant tout noir, beaucoup trop stimulé et envahit par ses barrières intimes inhabituellement et soudainement franchies. Dans tous les cas, elle se mordit fortement la lèvre, tentant de retenir un peu l’effet que le tout lui faisait. « S’il y a quelque chose qui te derange, ou que tu ne veux pas… n’hésite pas à le dire. » Elle avait entrouvert les lèvres mais mit un temps avant de répondre. Non, ce n’était pas parce qu’elle ne savait pas quoi rétorquer, mais plutôt parce qu’elle n’en était pas capable pendant un court moment. Du coup, la plus jeune souffla de plaisir une fois alors que ses yeux étaient toujours fermés. « De toute façon… même… si c’était le cas…j’en serais incapable. » répliqua-t-elle faiblement tandis qu’elle cherchait un peu son souffle. Ses derniers mots, elle les avait chuchotés. Si tout devait s’arrêter maintenant, ce serait une vraie torture. Parce qu’au final, tous ces préliminaires faisaient croître en flèche son envie de faire de leur deux corps, qu’un seul corps. Mais inconsciemment, elle ne voulait pas le faire tout de suite; elle voulait que ce jeu dur encore un moment. À nouveau, un second gémissement – plus fort cette fois – résonna dans la chambre. Doucement, Soo Jin déposa ses mains dans la nuque du garçon qu’elle se mit à caresser avec plus de vigueur que tout à l’heure. C’était dû à l’excitation du moment et Key s’apercevra sans doute de ce changement soudain au niveau de ses caresses. D’une façon un peu moins douce, elle s’attarda à ses épaules que ses mains prirent plus fermement, sans pour autant lui faire mal. Elle les massa un peu avant de revenir vers son cou et descendre légèrement dans son dos. Comparativement à tout à l’heure, son souffle se faisait bruyant, comme si elle commençait tranquillement à être essoufflée. Puis à nouveau prise d’une vague de désir, ses doigts s’immobilisèrent un long moment dans le cou du garçon, laissant le temps à celle-ci de passer avant de continuer tout geste de sa part. « Key… bon sang, tu m’excites. » Mh oui, ça il le savait probablement. Mais si elle se fiait à la dernière fois, il aimait aussi qu’elle le lui dise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: All I'm asking you is just one touch of your body   

Revenir en haut Aller en bas
 

All I'm asking you is just one touch of your body

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
akiwa ::                                 | AKIWA | :: Sous-Sols :: Salle commune des Ineo-